Les tremblements de terre sont imprévisibles et causent des dégâts considérables. En quelques secondes, ils peuvent rayer une ville entière de la carte. Le 27 février 2010, un séisme de magnitude 8,8 a ravagé le Chili et en 18 secondes, toute la région a été détruite. Les morts se sont comptés par centaines. La ville de Conception a été la plus touchée et les habitants ont dû fuir le tsunami qui a suivi. Heureusement, celui-ci n’a causé que très peu de dégâts grâce au séisme lui-même. En effet, ce dernier a soulevé la terre de 2m50 et cela a créé un rempart qui a protégé la ville du tsunami.

Un an après, une équipe de chercheurs s’est rendue sur la zone pour comprendre ce qui s’était passé. En questionnant les habitants et en se rendant sur la zone de trois volcans, ils ont avancé la théorie selon laquelle les volcans se sont réveillés à cause du tremblement de terre malgré le fait qu’ils étaient endormis depuis longtemps. Si ces derniers entraient en éruption, c’est toute la région qui serait en danger. Stephen Miller et son équipe ont voulu comprendre le lien entre le séisme et les volcans. Pour cela, ils ont étudié l’activité volcanique avec des sismographes disposés autour de ces derniers. Stephen Miller explique que Charles Darwin a étudié ce volcan en 1837, car à la suite d’un séisme, celui-ci a réagi. En effet, la ville de Conception a subi un séisme identique à celui de 2010 et Darwin en a été le témoin. Il a relaté que les 3 volcans étaient entrés en éruption et pour lui, la raison était le séisme.

Comme pour confirmer cela, la plupart des volcans se trouvent sur la ligne de feu et ceux des Andes se trouvent justement à cet endroit. Les scientifiques ont recherché les petits séismes au sommet des volcans pour confirmer que ces derniers ont repris une activité après un séisme. Avec leurs appareils, ils ont tenté de prouver que le magma remontait dans le volcan depuis 2010. En effet, sous les mouvements du magma, les continents dérivent de quelques centimètres par an et quand deux plaques se heurtent, un séisme apparait. Ceux-ci ravagent tout et les conséquences peuvent être dramatiques. Celui de 2010 a déplacé la ville de 3 mètres et l’axe de la terre a été légèrement modifé. Pourtant, c’est grâce aux séismes que la terre est ce qu’elle est aujourd’hui. En Islande, la plaque nord-américaine et la plaque eurasienne s’écartent de 2 centimètres par an et les scientifiques veulent comprendre comment cela fonctionne. Mais cela s’avère compliqué, car la plupart des zones de subduction se trouvent dans les fonds marins. Ces derniers temps, c’est à partir de là que les gros séismes ont causé le plus de dégâts.

La faille de San Andreas est la plus dangereuse et l’état de la Californie et sous cette menace. Tout le pays est étroitement surveillé par des sismographes ultra -sensibles. Perle Dorr, géologue, explique que grâce à ce programme, ils pourront plus facilement comprendre comment les séismes fonctionnent. Grâce à la sensibilité des appareils, les scientifiques ont compris pourquoi des tremblements de terre se déclenchent loin des failles. De plus, ils ont pu découvrir une nouvelle plaque que pourrait provoquer des séismes sur la côte est des États-Unis.

Trois mois après avoir posé les sismographes, Stephen Miller et son équipe sont retournés dans les Andes. Durant cette période, un séisme de 6,1 s’est produit et grâce à cela, ils pourront voir si l’activité volcanique a augmenté. C’est sur place qu’ils ont analysé les résultats et ceux-ci ont démontré que le volcan a réagi au séisme. Stephen Miller a réussi à prouver le lien entre les deux. Pour lui, le gaz émit par les volcans est toxique. C’est avec l’étude d’un lac qui a subi une grave pollution en 1992 qu’il a pu prouver cela. En effet, les tremblements de terre peuvent émettre du dioxyde de carbone. Le parc de Yellowstone en est la preuve. Si un tremblement de terre faisait remonter du dioxyde de carbone vers ce parc, celui-ci pourrait entrer en éruption et toute la planète serait en danger. Un autre phénomène baptisé séisme lent est tout aussi dévastateur. C’est souvent ce phénomène qui provoque les tsunamis. Celui de 2011 qui a ravagé le Japon a été produit par un méga-séisme qui a débuté à 130 km des côtes. Une centrale nucléaire a été ravagée par le tsunami et aujourd’hui, Fukushima est une ville fantôme.

Dans le monde, beaucoup de ces centrales nucléaires sont disposées près des zones sismiques. L’une d’entre elles se trouve même près de la faille de San Andreas et un tel séisme provoquerait une pollution nucléaire sur Los Angeles. La Turquie est en train de construire une centrale nucléaire sur une zone à risque. Pour certains, le risque est immense. Au large de Tokyo, un bateau pratique des forages pour installer un système de surveillance. En effet, les scientifiques s’accordent à dire qu’un violent séisme aura bientôt lieu, car la pression entre la plaque des Philippines et la plaque eurasienne est importante. Les forages pourront permettre de prédire les catastrophes, mais pas de les arrêter. Pour protéger la population, celle-ci doit se préparer. Par chance, le Japon est la pointe de la construction anti-sismique et la plupart des bâtiments pourront résister. Pourtant, le danger proviendra des meubles, car ceux-ci peuvent devenir des armes mortelles en cas de séismes. Le Japon est étroitement surveillé et des exercices d’évacuations sont pratiqués régulièrement. Pour certains, cela ne suffit pas. Depuis 2011, des applications ont été créés pour montrer le chemin le plus proche et le moins dangereux pour évacuer un endroit.

D’autres signes sont à prendre en compte. En effet, juste avant le séisme de 2009 qui a touché l’Italie, les crapauds avaient tous disparut des lacs. Ce n’est que plus tard, en analysant les eaux du lac que les scientifiques ont compris qu’il y avait un lien entre le tremblement de terre et ce phénomène. Si celui-ci avait été détecté plus tôt, des centaines de personnes auraient pu être sauvées. Pour appréhender ce genre de catastrophe, une ville factice a été conçue au Texas. Les secouristes du monde entier viennent s’entrainer à toute sorte de situations catastrophiques. Grâce à cela, ils seront plus en mesure de secourir dans de terribles cataclysmes. En effet, depuis 50 ans, l’activité sismique a considérablement augmenté et il est fort probable que ceci perdure. Nous sommes à l’aube d’autres méga-séismes et nous devons nous préparer au pire.

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.