En examinant les données récoltées par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter de la NASA, des chercheurs ont mis en évidence l’existence de dépôts de verre naturel à la surface de Mars.

Ces matériaux pourraient contenir des indices de l’existence passée de la vie sur la planète rouge. 

Depuis maintenant une petite dizaine d’années, des chercheurs de l’université Brown, aux États-Unis, s’attèlent à déceler la présence de verre sur Mars. Leur longue quête vise à mettre en évidence des dépôts qui pourraient abriter les restes de micro-organismes ayant autrefois peuplé la planète rouge.

Récemment, leurs travaux de recherches ont connu un tournant décisif puisque leur résultats indiquent formellement la présence de verre naturel dans des anciens cratères d’impact. Les traces de matériau ont été mises en évidence grâce à la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA.

Détecter les rayonnements du verre

Pour en arriver à un tel exploit, les chercheurs ont épluché les données récoltées par la sonde. Le dispositif est en effet doté d’un spectromètre capable d’enregistrer les rayonnements émis par la surface de Mars dont celui du verre. Toutefois, les longueurs d’onde de lumière reflétées par ce matériau sont très faibles.

Les mettre en évidence s’est donc avéré particulièrement compliqué parmi la masse des autres signaux lumineux. Pour isoler le signal du verre, les scientifiques ont tenté d’abord de le reproduire en laboratoire via un algorithme. Après l’avoir obtenu, ils ont ensuite cherché les rayonnements du matériau parmi tous ceux émis.

Des indices d’une vie passée ?

Leurs résultats, publiés dans la revue Geology, suggèrent que les dépôts pourraient être assez courants sur Mars. Ils ont été formés lors d’impacts violents de météorite. Des matériaux similaires existent sur Terre où les géologues les appellent « impactites ».

Il s’agit de roches modifiées sous l’effet de la chaleur d’un impact de météorite et qui contiennent du verre. Ces roches représentent une mine d’informations sur les formes précoces de la vie, dont les restes ont été emprisonnés parfois durant des millions d’années. Les chercheurs espèrent que les dépôts de verre identifiés sur Mars se révéleront donc tout aussi intéressants. La prochaine étape sera celle de récolter un de ces échantillons à l’aide d’un robot en exploration à la surface de la planète. Le défi pourrait être relevé d’ici quelques années, lors de la mission Mars 2020 Rover, dirigée par la NASA.

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.