« Voyager en auto-stop sur des comètes, l’étonnant projet d’un chercheur de la NASA »

Un ingénieur de la NASA a imaginé une nouvelle méthode pour voyager dans l’espace en faisant de l’auto-stop sur une comète ou un astéroïde. 

Voyager dans l’espace en auto-stop sur une comète ? L’idée peut paraitre farfelue. Il s’agit toutefois d’un projet tout à fait sérieux sur lequel travaille Masahiro Ono, un ingénieur de la NASA. Le protocole imaginé par ce dernier pourrait bien révolutionner l’exploration spatiale en réduisant les coûts et les temps de voyage.

Le projet a été baptisé Comet Hitchhiker, littéralement « auto-stoppeur de comète ». L’idée est de créer un vaisseau spatial capable de passer d’un corps spatial à un autre pour voyager plus rapidement dans l’espace. Pour ce faire, rien de plus simple, du moins en théorie.

Masahiro Ono a imaginé une méthode complètement novatrice consistant à envoyer la sonde sur le parcours d’une comète ou d’un astéroïde. Une fois dans la trace du corps céleste, il suffirait de le harponner puis de se laisser tracter pour ensuite s’y poser.

Le « guide du voyageur galactique »

L’idée est celle de tirer partie de l’énergie cinétique de la comète comme mode de propulsion pour entrer en orbite ou atterrir sur le corps en question. Le projet, digne d’une oeuvre de science fiction n’est pas sans rappeler le célèbre « guide du voyageur galactique ».

Écrite par Douglas Adams, cette saga en version originale se traduit en effet littéralement comme le « guide de l’auto-stoppeur galactique ». Masahiro Ono avoue ainsi s’en être inspiré pour imaginer son nouveau projet.

Les potentialités sont toutefois bien réelles puisque le développement futur du projet a été financé dans le cadre du programme Niac (concepts avancés innovants) de la NASA. La prochaine étape sera celle de mettre au point un dispositif capable d’assurer l’accroche entre le vaisseau et la comète filant à toute vitesse.

Un harpon et un câble pour « pêcher » les comètes Pour cela, l’ingénieur a pensé à un harpon et un câble, un peu comme la ligne d’une canne à pêche. Le protocole s’apparente en effet à la prise d’un gros poisson. « Lorsque le poisson mord à l’hameçon, vous déroulez la ligne en maintenant une tension modérée plutôt que de tenir fermement. Avec un fil assez long, vous finirez pas attraper le poisson », explique-t-il dans un communiqué. Le vaisseau auto-stoppeur devra ainsi lancer le harpon pour attraper la comète puis relâcher le câble pour prendre de la vitesse et arriver à celle de son « chauffeur ». Une fois les vitesses synchronisées, il pourra entamer sa descente sur le corps en tournoyant lentement. Reste que le harpon et le câble devront être assez solides pour résister aux forces de tension extrêmes. Ils devront également pouvoir être réutilisés pour plusieurs manœuvres de ce types, ce qui impliquerait l’utilisation de matériau très résistant comme du diamant pour le harpon et des nanotubes de carbone pour le câble. A terme, les chercheurs estiment que les vaisseaux utilisant cette méthode pourraient réaliser entre cinq et dix passages par mission. Explorer la ceinture de Kuiper ? Toutefois construire un tel dispositif représente un défi technique de taille et des missions déjà menées, notamment celles de la sonde Rosetta, ont montré qu’il n’était pas si facile de s’accrocher à une comète. Si le projet est mené à terme, il pourrait permettre d’explorer de nombreuses régions du système solaire dont notamment la ceinture de Kuiper. Cette ceinture d’astéroïdes se situe au-delà de Neptune et abrite des planètes naines encore inexplorées.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s