« Pourquoi il y a 29 jours au mois de Février de cette année? »

C’est l’empereur romain Jules César qui a introduit ce jour supplémentaire dans le calendrier, histoire de mieux faire correspondre années civiles et années solaires.

INTERCALAIRE.

Si la Terre tournait réellement en 365 jours autour du Soleil, il n’y aurait pas de 29 février. Mais la durée d’une orbite terrestre est de 364,242199 jours. A peine moins, mais cumulé sur de nombreux siècles ce décalage, s’il n’était pas corrigé, engendrerait de gros problèmes de calendrier avec des aberrations importantes dont notamment des saisons complètement décalées. Pour rattraper le retard d’un quart de jour environ que prend le décompte civile chaque année, un jour intercalaire est donc rajouté tous les quatre ans (avec quelques exceptions). Une initiative que l’on doit à Jules César lui-même, inspiré par les conseils de l’astronome grec Sosigène d’Alexandrie.

C’est donc en 46 avant JC que Jules César introduit ce jour intercalaire et le nouveau calendrier allant avec, baptisé calendrier Julien. Pour introduire ce 366e jour supplémentaire sans perturber le rythme des fêtes romaines, Jules César crée un « sixième jour bis », le 24 février. Selon la façon de compter des romains ce jour-là était appelé « sexto ante calendas martis » (le sixième avant les calendes de mars). Le jour intercalaire était donc appelé « bis sexto ante calendas martis » qui a fini par se contracter et donner l’adjectif bissextile.

EXCEPTIONS

Malgré cette correction, un décalage existait encore entre les années civiles qui duraient en moyenne 365,25 jours donc et les années astronomiques de 365,242199 jours. Il s’avère être de trois jours tous les 400 ans. Pour mieux coller à la réalité solaire, il faut donc supprimer trois années bissextiles tous les quatre siècles. C’est ce que fait le calendrier grégorien, adopté sous l’impulsion du pape Grégoire XIII en 1582, qui fixa le 29 février comme jour intercalaire tous les quatre ans à l’exception des années séculaires non divisibles par 400 : 1800 et 1900 ne sont pas bissextiles, 1600, 2000 et 2400 l’ont été ou le seront. 2100, 2200 et 2300 non. Malgré cette correction qui fait presque « coller » calendrier civil et calendrier astronomique, il demeure tout de même un léger décalage de trois jours tous les 10 000 ans rappelle l’Institut de Mécanique céleste et de calcul des éphémérides.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s