« Mission ExoMars: L’Europe décollera pour la planète rouge mi-mars »

Le 14 mars, une sonde et un atterrisseur doivent décoller de Baïkonour pour la planète Mars…

Depuis 2012, le sol martien est exploré par le véhicule américain Curiosity. Même si les Européens sont partie prenante dans ce projet de la NASA, à partir de cette année, ils partent avec leurs propres moyens à la découverte de la planète rouge et des formes de vie qui ont pu y exister.

Appelé ExoMars, ce programme porté par l’Agence spatiale européenne, en partenariat avec l’agence spatiale russe, devrait entrer dans une phase plus visible dans moins de 15 jours.

Le 14 mars, la sonde chargée de détecter les gaz de l’atmosphère martienne doit décoller de Baïkonour, au Kazakhstan. Le Trace Gaz Orbiter (TGO) se mettra en orbite pour plusieurs années avec pour mission de renifler la présence de traces de méthane, un indice pour détecter la présence d’une vie micro-organique sur Mars.

Du méthane déjà découvert en petite quantité en 2004 par la sonde Mars Express. « La sonde TGO va essayer de confirmer cette présence de méthane et d’analyser s’il est d’origine biologique ou bien s’il est le résultat d’un processus géologique », explique Jorge Vago, le responsable scientifique de la mission ExoMars. TGO assurera aussi les transmissions de données vers la Terre.

ExoMars 2018, un budget toujours pas bouclé

Elle emportera dans ses bagages un atterrisseur appelé Schiaparelli, qui sera largué après un voyage de sept mois et devrait se poser sur la planète rouge le 19 octobre.

Son rôle ne sera pas de travailler pendant plusieurs jours sur la composition du sol martien, mais plutôt sur la meilleure façon d’atterrir sur cette planète. De toute façon, Schiaparelli n’est pas équipé de panneaux solaires qui lui permettraient de prolonger sa durée de vie, limitée à quatre jours maximum.

Une fusée russe devrait emporter en mai 2018 une plateforme d’atterrissage russe et un rover équipé de neuf instruments et d’une foreuse. Il était prévu qu’ils se posent en janvier 2019 sur Mars. Mais pour l’instant, le budget de cette deuxième phase de la mission ExoMars n’est pas bouclé et pourrait être reporté de deux ans.

Sources

Publicités