Le ciel de nos jours est constamment vérifié, on y guette le moindre changement, le moindre astre et la moindre masse qui y apparait. Mais pourquoi ? Pour pouvoir calculer l’orbite des plus grosses masses, afin de pourvoir anticiper une trajectoire qui pourrait se diriger dangereusement sur la terre. Un impact avec la terre ne doit pas avoir lieu.

C’est de cette façon qu’en 2008 l’astéroïde TC3 a été découvert. Malheureusement, on n’a pas pu l’empêcher de frapper la terre comme ce dernier l’a fait le 7 octobre 2008, mais par il fût le premier astéroïde à avoir été détecté puis suivi avant sa collision avec notre planète et plus précisément dans le desert du Soudan.

Cet astéroïde avait à peu près les dimensions d’un camion, il pesait 80 tonnes. On imagine donc les dégâts qu’il pouvait faire. Il est entré dans l’atmosphère à la vitesse de douze kilomètres par seconde et sa température était proche de celle du soleil.

Dès le frottement avec l’atmosphère terrestres, il a commencé à se disloquer et a fini par exploser pour atterrir sur notre sol planétaire en des milliers de débris qui se sont éteint avant de toucher le sol, mais sa force et sa puissance étaient celles d’une bombe nucléaire.

Après la collision, des scientifiques sont allés chercher des échantillons de météorites sur le sol désertique, la pèche à était bonne. TC3 était constitué d’un mélange de matières, une composition intrigante. La croute de fusion avait des reflets verts, c’était inhabituel et totalement nouveau.

Il s’avère d’ailleurs que la NASA aurait pu se tromper d’un kilomètre quant à la trajectoire de l’astéroïde, car les déchets retrouvés l’indiquent.

Après analyses, les scientifiques ont découvert que les échantillons contenaient des diamants et ces diamants portaient encore les traces brutales de la force qui les avait façonnés. Ils supposent aussi que l’astéroïde se serait formé à la suite d’un impact énorme, d’où sa composition étrange. Deux astres de compositions différentes qui n’en forment plus qu’un seul.

En se basant sur sa trajectoire d’approche de la terre, les scientifiques ont pu déterminer l’orbite de TC3 à travers le temps. Il semble qu’il se soit formé avec l’astéroïde 1998 KU2. Voilà comment il y a plusieurs milliards d’années ces deux grands astres célestes se sont percuté et se sont en quelques sortes mélangé. Chacun après cette collision a repris son chemin, plus lourds de quelques débris de roches. Mais il semble que l’astéroïde 1998 KU2 soit aussi à surveiller, car elle pourrait elle aussi venir à notre rencontre et nous frôler, voir s’écraser sur notre sol. Le problème est qu’elle deux kilomètres de diamètres, les effets sur la planète seront donc bien plus importants que ceux de l’astéroïde TC3.

Mais comment prévenir ce genre de collision ? D’autant plus que TC3 semble avoir changé de trajectoire ? Les astéroïdes sont des objets très complexes et certains morceaux peuvent se briser à l’arrivée dans l’atmosphère. Cela explique pourquoi TC3 a explosé, sa densité a pu varier de par sa forme et de sa densité. Il a dû coups explosé à faible altitude, voile pourquoi il a dévié de sa trajectoire. Il faut donc absolument avoir toutes les clefs en mains et connaitre la composition exacte d’un astéroïde pour pouvoir formellement et précisément calculer sa trajectoire, sinon, on risque d’avoir la même surprise que nous avons vu pour l’astéroïde TC3.

Mais que faire si on aperçoit un astéroïde qui fonce invariablement sur terre ? Il vaut mieux utiliser des armes nucléaires que de laisser la nature suivre son cour. C’est une technologie que nous maîtrisons parfaitement, puis elle ne représente de menace pour personne. Mais malheureusement, l’astéroïde peut réagir autrement et éclater en plusieurs morceaux, donc dans ce cas-là, il ne dévierait pas de sa trajectoire.

Nous avons découvert en 2004 un astéroïde qui a été nommé Apophis. Celui-ci devrait s’approcher a 42 000 kilomètres de la terre le 13 avril 2029. Mais il est tout à fait possible qu’un jour il entre en collision direct avec nous. C’est pourquoi un scientifique préconise de le faire suivre par un engin spatial afin de pouvoir anticiper ces faits et gestes, histoire de pouvoir mieux nous défendre si le besoin en était.

Nous avons le savoir nécessaire pour le faire.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.