Le réseau de neurones artificiel de Google, baptisé Magenta, visant à répondre à la question de savoir si l’intelligence artificielle est capable de créer des œuvres d’art, a composé sa première mélodie, qui dure 90 secondes.

L’intelligence artificielle, instruite par des scientifiques, n’avait que quatre notes pour composer cette mélodie jouée au piano. Des caisses et des arrangements ont été mis plus tard pour rendre la mélodie plus expressive.

Le projet Magenta a été lancé en mai dernier, lors du festival musical Moogfest. Les chercheurs de Google ont alors donné quelque notes à l’intelligence artificielle, sur la base desquels elle a reproduit une mélodie au synthétiseur. TensorFlow, la bibliothèque pour l’apprentissage des intelligences artificielles à code source ouvert, visant à apprendre aux ordinateurs à créer des œuvres d’art, est à la base du projet.

L’apprentissage est bien l’aspect le plus important du projet Magenta. Avant de créer quelque chose par elle-même, l’intelligence artificielle apprend avec des exemples. Après la musique, le système de Google s’essayera à la peinture. Dans un avenir proche, les développeurs de Google envisagent d’ouvrir l’accès à cette technologie aux musiciens et aux peintres.

Magenta n’est pas la première expérience de Google dans le domaine de l’art créée par l’intelligence artificielle. Auparavant, Google avait développé le système DeepDream pour visualiser les actions des réseaux de neurones qui pouvait faire des dessins psychédéliques sur la base des images présentées par les développeurs.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.