« L’astéroïde Bennu menace la Terre, mais la NASA a pris les choses en main »

La sonde Osiris-Rex décollera le 8 septembre prochain, pour tenter de chasser un astéroïde qui menace la Terre en 2175. Elle devra, par la même occasion, récupérer des échantillons de la comète, pour expliquer sa création.

Bennu (encore appelé « Bénou » ou 101955 dans sa dénomination internationale) risque de croiser la trajectoire terrestre pour la première fois le 25 septembre 2175Les chances qu’il frappe effectivement la surface de la Terre sont de 0,0041%, soit une sur 24.000. Sur les 78 passages dangereux calculés par l’agence spatiale américaine, c’est celui de 2196 qui sera le plus inquiétant avec une probabilité de collision de 1 sur 11.000. Cela en fait le deuxième astéroïde le plus potentiellement dangereux dans les siècles à venir en regard de l’échelle (cumulative) de Palerme, qui mesure le risque d’impact des objets géocroiseurs – juste après (410777) 2009 FD, selon ce tableau des possibles impacts référencés par la NASA.

La NASA a annoncé il y a quelques jours qu’elle décollerait le 8 septembre -presque au moment où la sonde Rosetta mettra fin à sa mission- pour rejoindre Bennu en 2018, avant de peut-être en rapporter des échantillons sur Terre en 2023, grâce aux instruments de mesure dont elle est munie.

Un astéroïde de 4,5 milliards d’années

 Ce géocroiseur (un astéroïde susceptible de croiser la route de la Terre) figure en seconde place dans la liste établie par la NASA, qui recense les risques d’impacts sur la planète.
L’agence, qui estime que Bennu est né il y a près de 4,5 milliards d’années, espère, en récoltant des échantillons de cet astéroïde, obtenir des informations sur sa genèse.
La mission Osiris-Rex, surnommée OVIRS (pour Osiris-rex visible and infracted Spectrometer), est selon Dante Lauretta, le responsable de cette opération scientifique, « la clé de nos recherches concernant les minéraux dont est composé Bennu ». « Nous allons notamment essayer de déterminer les zones de l’astéroïde qui sont riches en molécules organiques, afin de récupérer des échantillons très précieux et déterminer sa composition générale », a-t-il détaillé.
Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V

Publicités