« Arrimage réussi entre le cargo et la station spatiale chinoise Tiangong-2 »

Samedi 22 avril, le cargo spatial chinois Tianzhou-1 s’est arrimé avec succès au « palais céleste », la station chinoise Tiangong-2.

Le premier cargo spatial chinois a réussi samedi son arrimage avec le laboratoire de l’espace Tiangong-2 (littéralement, le « palais céleste »), deux jours après son lancement, a rapporté le centre de contrôle aérospatial de Pékin. Le vaisseau Tianzhou-1 (« Bateau céleste ») avait été propulsé jeudi soir du centre de Hainan, dans le sud de la Chine, par une fusée Longue Marche 7. Le premier contact avec le laboratoire placé en orbite en septembre dernier a eu lieu à 4h16 (GMT) et l’arrimage a été achevé 7 minutes plus tard. Tianzhou-1 mesure plus de 10 mètres de long pour 3 de diamètre, et peut transporter jusqu’à 6,5 tonnes de matériel. L’objectif de cette mission est de tester la capacité de ce vaisseau à ravitailler la station en carburant. Pour cela, trois opérations d’amarrage et de désamarrage successives (espacées de plusieurs mois) sont prévues. Le cargo embarque par ailleurs plusieurs expériences scientifiques. La station Tiangong-2 est censé ouvrir la voie au déploiement, prévu en 2022, d’une plus grande station spatiale habitée (d’autres modules lui seront progressivement ajoutés), au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner.

Le vaisseau cargo représente une « étape cruciale » dans la construction de cette station chinoise, a souligné l’agence officielle Chine nouvelle. Cette mission de test devrait durer environ 5 mois avant que le vaisseau ne se décroche et ne retombe dans l’atmosphère pour y être détruit. Le vaisseau ravitailleur qui pèse presque 13 tonnes est presque aussi gros que la station chinoise elle-même. La station spatiale chinoise Tiangong-2 a déjà reçu la visite de 2 taïkonautes en octobre 2016, qui y ont séjourné pendant un peu plus d’un mois. La Chine investi des milliards d’euros dans ses programmes spatiaux pour tenter de rattraper l’Europe et les États-Unis. Elle ambitionne également d’envoyer un vaisseau spatial autour de Mars vers 2020, avant de déployer un véhicule téléguidé sur la planète rouge. La Chine a déjà fait ses premières armes en matière de station spatiale à l’aide de Tiangong-1, un premier « palais céleste » expérimental mis en orbite en 2011, et volontairement désorbité 5 ans plus tard.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s