« Une nouvelle Super Terre détectée »

Les Super Terre occupent une place particulière dans le cœur des astronomes et une nouvelle planète de ce type vient précisément d’être découverte par une équipe européenne.

Si ce terme ne vous est pas totalement familier, alors sachez que l’expression « super terre » fait en réalité référence à une exoplanète dont la masse est comprise entre celle de la Terre et celle d’une planète géante. Bien sûr, les astronomes imposent une limite en termes de proportions. Elle est fiée à une à cinq fois la masse de notre planète pour la limite inférieure, et à dix fois sa masse pour la limite supérieure.

L’expression a été introduite pour la première fois en 2002 par un astronome bulgare du nom de Dimitar D. Sasselov. Elle a ensuite été reprise par l’ensemble de la profession.

Une Super Terre détectée dans l’orbite de GJ 625

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ces planètes sont relativement rares. Parmi les plus connues, on trouve Gliese 581 c, Kepler-22 b, HD 40307 g ou encore Kepler-69 c, mais la liste n’est pas très longue et elle compte seulement quelques références.

En observant l’étoile GJ 625, des astronomes européens pensent donc avoir découvert une nouvelle Super Terre.

Cette étoile se trouve dans la constellation du Dragon, à environ 21,5 années lumières de notre propre système. Elle se range dans la catégorie des naines rouges et elle est donc peu massive, avec une température peu élevée. Ces étoiles ont en effet une masse habituellement comprise entre 0,075 et 0,4 fois la masse solaire, avec une température habituellement inférieure à 4 000 K soit 3726.8 °C en surface.

GJ 625 est un peu moins chaude pour sa part puisque sa température n’excède pas les 3 350 K soit 3076.8° C d’après les estimations faites par les astronomes.  Pour infos, la température de notre Terre varie de 2000 °C à la base du manteau et au moins 3500°C à la limite supérieure du noyau.

Une planète qui abrite de l’eau liquide ?

L’équipe en question, pilotée par Alejandro Suarez Mascareno de l’Institut d’Astrophysique des Canaries, a donc mené des études poussées de l’étoile pendant près de trois ans et demi. Pour se faire, les chercheurs ont utilisé plusieurs instruments et notamment le spectrographe de l’hémisphère nord, HARPS-N.

Leurs efforts ont été récompensés et ils ont abouti à la découverte d’une toute nouvelle planète : GJ 625 b. Galvanisés par leur exploit, les scientifiques ont poussé plus loin leurs investigations et ils ont alors réalisé que la masse de cette planète était équivalente à environ 2,8 fois la masse de la Terre, avec une orbite tournant autour des 14,6 jours.

La question qui se pose, bien sûr, c’est de savoir si cette planète abrite ou non de l’eau à l’état liquide. Les chercheurs pensent que c’est le cas, mais ils vont devoir mener de nouvelles observations pour s’en assurer.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s