« Les États-Unis vont quitter l’accord de Paris sur le climat »

Le président des États-Unis aurait pris sa décision concernant l’accord de Paris sur le climat. Donald Trump s’apprêterait à annoncer que le pays se retire du texte, entré en vigueur en 2016.

Donald Trump devrait bientôt faire connaître sa décision à l’égard de l’accord de Paris sur le climat. Après avoir alimenté le suspense à coup de tweets sur son compte officiel — où il y a d’ailleurs inventé un étrange mot, covfefe — le Président américain serait sur le point d’annoncer que les États-Unis vont se retirer du texte conclu en décembre 2015 et entré en vigueur en 2016, avance le New York Times.

Les modalités du retrait de l’accord devraient être établies par une équipe réduite, dont pourrait faire partie Scott Pruit, qui dirige depuis 2016 l’Agence de protection de l’environnement (EPA) et est connu pour son climatoscepticisme.

Projections du GIEC concernant la gamme des fluctuations possibles de la température de l’air de surface jusqu’en 2100, basées sur trois scénarios d’émissions de gaz à effet de serre (origine: GIEC, 2007–ARW WG1, Figure 10.8). Les scénarios indiqués sont les suivants: B1 – une croissance plus intégrée et plus respectueuse de l’environnement ayant pour objectif une durabilité environnementale globale; A1B – un développement économique rapide insistant, de manière équilibrée, sur toutes les sources d’énergie; A2 – un monde divisé, des nations indépendantes, une population sans cesse croissante.

Un choix symbolique

S’il est confirmé, le choix de quitter l’accord de Paris serait éminemment symbolique, ne serait-ce qu’à l’égard de l’héritage laissé par le prédécesseur de Donald Trump, Barack Obama, en matière de politique climatique. Le président républicain enverrait également un signal fort au reste du globe avec cette décision : celui que les États-Unis n’auraient pas l’intention d’accorder la priorité aux changements climatiques — et donc à la préservation de l’Humanité — dans les années à venir.

Pour rappel, les deux seuls autres pays qui n’ont pas apporté leur soutien au texte sont le Nicaragua et la Syrie. Une lettre signée par vingt-deux sénateurs républicains, dont Mitch McConnell (sénateur du Kentucky), appelant à un retrait clair des États-Unis, pourrait jouer un rôle dans la décision finale du président des États-Unis.

Le choix de Donald Trump pourrait finalement déjouer les pronostics d’Elon Musk, qui se disait il y encore quelques jours « prudemment optimiste » à la suite d’une discussion avec le président américain sur l’accord de Paris.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V 

Publicités