« La première capsule Dragon recyclée est bien arrivée à l’I.S.S »

SpaceX, la compagnie spatiale d’Elon Musk, vient de lancer la toute première capsule spatiale « recyclée ». Partie samedi 3 juin 2017 de Floride à partir d’une fusée Falcon 9, la capsule Dragon est arrivée à la Station spatiale internationale (ISS) lundi 5 juin. 

Après avoir démissionné de ses fonctions de conseiller du président Donald Trump pour protester du retrait des accords de Paris, le milliardaire Elon Musk continue à faire dans le développement durable. SpaceX, sa compagnie d’astronautique, vient de lancer la toute première capsule spatiale « recyclée », chargée de 2.700 kilos de vivres pour l’équipage et d’équipements pour des expériences scientifiques. Partie samedi de Floride à partir d’une fusée Falcon 9, la capsule Dragon est arrivée à la Station spatiale internationale (ISS) lundi 5 juin.

La première capsule Dragon réutilisée

Cette capsule Dragon n’en est pas à son coup d’essai : elle avait déjà ravitaillé la station en 2014. Depuis mars 2017, SpaceX a réussi à plusieurs reprises à récupérer le premier étage de ses fusées Falcon 9, qui lancent les capsules. C’est donc un coup double réussi par la compagnie d’Elon Musk, qui a réussi à la fois à récupérer le premier étage samedi, et, pour la toute première fois, à faire revenir un même vaisseau spatial à deux reprises à l’ISS depuis la fin du programme des navettes spatiales américaines en 2011. Mission accomplie pour SpaceX, qui avait l’ambition affichée de réutiliser ses fusées pour réduire les coûts des missions spatiales. L’objectif : proposer des tarifs avantageux, et faire un pas de plus dans la conquête de l’espace.

« On commence à trouver cela normal de réutiliser des fusées. C’est bien. C’est comme ça pour les voitures et les avions, et c’est comme cela que ça devrait être pour les fusées ».

Il s’agit de la 11e mission de ravitaillement de l’ISS opérée par SpaceX, qui a signé un contrat de 1,6 milliard de dollars avec la NASA. L’entreprise travaille également sur une version de sa capsule qui pourrait embarquer un équipage, peut-être dès l’année prochaine. En décembre 2016, la NASA prévoyait le premier vol d’une capsule Dragon habitée pour mai 2018. En attendant, la NASA et l’ESA (son pendant européen) demeurent totalement dépendantes des Soyouz russes pour l’envoi d’équipage à bord de la Station spatiale internationale. C’est d’ailleurs à bord de l’un de ces engins que l’astronaute français Thomas Pesquet est revenu ce 2 juin 2017, et qu’il a signé selon la tradition.

Sources

Publicités