« Zone 51 »

Comme le dit le proverbe, il n’y a pas de fumée sans feu, et ce proverbe convient tout à fait à la mystérieuse base 51.
Que se passe t-il donc à Nellis Force Range, dans le Nevada, pour que des scientifiques et des journalistes sérieux entreprennent des investigations approfondies sur ce coin de désert presque inconnu ?

Cette base militaire fut mise sur pied dans les années 50 par le Président Trumman en vue d’expérimenter dans le plus grand secret des armes et des appareils militaires de haute performance.

Dans cette immensité désertique, se trouve la section Groon Lake (lac asséché), un site ” top secret ” connu sous le nom de Zone 51 et situé à environ 128 km de Las Vegas. C’est dans cette Zone 51 que furent expérimentés les A 12 et d’autres engins de haute technologie.
Pour en maintenir le secret, l’US Air Force en a toujours nié l’existence, alors même qu’elle a été filmée par un satellite russe.

Un secteur sous haute protection

On se rend compte de son importance en observant son système de protection. La base est en effet interdite à moins de 40 km sur tout son pourtour. De plus elle dispose d’un dispositif de protection incroyablement efficace et rapide.
Son espace aérien est gardé par des radars et à la moindre violation de la Zone, des chasseurs F16 ainsi que des hélicoptères de combat entrent en action. La partie la plus proche à laquelle on peut accéder est à 20 km au nord, nord-est de la base.
Il existe aussi un lieu connu de tous les ufologues, d’ou l’on peut avoir une vue plongeante sur la base.

Il s’agit du pic Tikaboo haut de 2300 mètres. En 1998, la secrétaire de l’Air Force, Sheila Widnall, a agrandi le périmètre de sécurité de la base qui est désormais de la taille de la Suisse.
Si une telle protection existe c’est forcément qu’il y a quelque chose à protéger, et dans ce cas nul ne s’étonnera de savoir que, dès 1955, la base était contrôlée par la CIA et cela jusqu’en 1970, date ou les services de renseignement de l’USAF prirent la relève.

Une base souterraine

Vu d’avion la base ne couvre qu’une petite superficie de terrain, bien qu’elle se soit étendue au cours des dernières années.

Ce que l’on ne dit pas, c’est que des centaines d’employés sont amenés à la base par avion à partir de l’aéroport de McCarran (Las Vegas), et cela plus de 10 fois par jour.

Tant d’employés pour une si petite structure a poussé les observateurs à conclure que l’essentiel de la base était sous-terre, ce qui a été confirmé par plusieurs techniciens de manière anonyme. Quel est donc le secret de cette base 51 qui échauffe les imaginations depuis de longues années ?

S’il faut en croire les ufologues sérieux, certains militaires et de nombreux scientifiques, la base serait le dépôt des vestiges d’un ovni récupéré après un crash.

C’est l’avis de Robert Oechsler, technicien à la NASA de 1974 à 1977. Il est du reste loin d’être le seul puisque L. T. Col. Wendelle Stevens du Service Foreign Technology de la base de Wright Paterson, est persuadé du fait. Pour lui comme pour Stanton Friedman, un physicien du nucléaire, il ne fait aucun doute qu’Air Force a intercepté un ou plusieurs ovnis et que l’on cache dans la Zone 51.

Un étrange témoignage

Un certain Bob Lazare, un technicien qui travaillait dans cette Zone 51, aurait osé braver l’interdit qui oblige tous les employés de la base à signer une charte imposant un secret absolu. Par cette signature, chaque employé perd une partie de ses droits institutionnels, et en cas de révélation interdite, risque de se voir expulsé sans procès dans un pénitencier d’Etat pour 20 ans.
Ce Bob Lazare, qui devait avoir pris de bonnes précautions avant de parler, affirmait avoir vu de ses yeux ce qui est considéré comme le secret de la Zone 51, et qu’il appelle la zone 54. Selon ses affirmations, seules 22 personnes connaissent cet endroit.

Il s’agit de 9 hangars creusés à même la montagne et dont les portes sont dissimulées afin qu’elles ne puissent être repérées par satellite. En pénétrant dans l’un de ces hangars, il aurait eu la surprise de voir un ovni ayant la forme d’une soucoupe. Il eut immédiatement la conviction qu’il s’agissait d’un des derniers prototypes de l’armée américaine.

Cependant, lorsqu’il pénétra dans l’engin, ce qu’il observa lui donna la certitude qu’il s’agissait de la copie d’un authentique ovni !

Bob Lazare admet avoir vu voler la soucoupe et, pour prouver ce qu’il disait, il emmena un groupe d’amis afin d’observer les performances.

C’était en 1989 et les essais avaient lieu le mercredi une fois la nuit tombée.
Les témoins purent même filmer les évolutions étranges de la soucoupe lumineuse.

A sa troisième tentative, Bob Lazare fut intercepté et arrêté. On menaça la vie de sa femme en cas de récidive et il fut interdit de séjour dans la Zone 51.

Conclusion

Il faut rester prudent devant de telles informations. Cependant les enquêtes de journalistes compétents et incorruptibles faites à l’égard du chercheur accréditent sa thèse. Le Dr Edgar Mitchell, sixième homme à avoir foulé le sol lunaire en tant que membre de la mission Apollo 14, a rencontré Bob Lazare en 1991.
Selon lui, l’histoire serait exacte, et il admet en outre qu’effectivement un crash et une récupération d’ovnis ont certainement eu lieu. Cette opinion d’Edgard Mitchell ne nous étonne pas car en 1998, lors du Congrès International ” The UFO expérience “, les ufologues du monde entier prirent connaissance pour la première fois des nouveaux documents du Majestic.

A cette occasion l’astronaute déclara que les cosmonautes avaient vu des ovnis dans l’espace et sur la Lune… Affaire à suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s