« En attendant d’explorer le satellite Europe de Jupiter, la NASA s’entraîne en Antarctique »

On parle beaucoup des missions de la NASA visant Mars, mais l’agence américaine étudie d’autres destinations plus surprenantes encore. Ses robots explorent notre calotte glaciaire avant d’aller, un jour, visiter Jupiter.

Comme la Terre et notre Lune, les autres planètes ont aussi leurs satellites. Or, depuis quelques années, les chercheurs de la NASA sont particulièrement intéressés par le cas d’Europe. Pas l’institution qui siège à Bruxelles, non, mais l’une des 67 lunes de la plus grosse planète de notre système solaire : Jupiter.

Bien que la température avoisine les -150°C et que sa surface soit entièrement composée de glace, les astronomes ont découvert avec des sondes qu’un océan liquide se trouve en-dessous, à quelque 90 kilomètres de profondeur. Générant une grande hypothèse : et s’il y avait de la vie sous cette immense patinoire ?

Pour être fixés, les chercheurs auraient besoin d’effectuer des prélèvements sur place… Plus facile à dire, qu’à faire ! Du coup, la NASA a commandé à la société Stone Aerospace la construction d’un sous-marin spécifique : baptisé ARTEMIS, l’engin mesure 4 mètres de long et pèse une tonne. Autonome, il peut résister aux températures les plus extrêmes. De manière à voir ce qu’il avait vraiment dans le ventre, les ingénieurs ont testé ARTEMIS à l’endroit sur Terre où les conditions sont le plus similaires à celles d’Europe : l’océan Antarctique.

Le but est donc de passer à l’étape suivante. Reste toutefois qu’il va falloir régler deux ou trois détails. À commencer par forer les 90 kilomètres de glace à la surface d’Europe. Jamais à court d’idée, Stone Aerospace travaille à un second robot, Spindle. Alimenté par un réacteur nucléaire (pas moins !) il aura la tâche de créer l’ouverture dans laquelle s’immiscera ARTEMIS.

Tout cela n’arrivera pas avant dix ou quinze ans, mais autant vous dire que vu l’enthousiasme dont l’humanité avait fait preuve avec Rosetta et Philæ, partis en mission pour récupérer trois cailloux sur une comète, ça risque d’être littéralement l’hystérie quand Spindle et ARTEMIS partiront chercher des organismes extraterrestres dans les eaux d’Europe ! Champagne, alors. Avec deux glaçons, forcément.

Sources

 

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s