« La NASA réagit aux délires des complotistes: il n’y a pas d’enfants esclaves sur Mars ! »

Le 29 juin 2017, un représentant de la NASA a démenti la rumeur selon laquelle il existerait des enfants esclaves sur la planète Mars. Une fake news popularisée par une émission complotiste américaine. 

« Il n’y a pas d’être humain sur Mars, seulement des rovers » a martelé Guy Webster, porte-parole de la NASA alors qu’il était interrogé le 29 juin 2017 par le site américain « The Daily Beast ». Loin de n’être qu’une simple lapalissade, cette mise au point avait un objectif clair : couper court à la rumeur d’enfants esclaves… sur la planète Rouge. La théorie abracadabrantesque était née le jour même lors d’un show diffusé sur le web par le site américain InfoWars. Signe caractéristique de ce média : il raconte à peu près n’importe quoi. A l’instar de sa tête de gondole Alex Jones, présentateur de l’émission justement nommée « The Alex Jones Show ».

Le rover Curiosity foule le sol martien depuis 2012. Pour l’heure, seuls des robots laboratoires évoluent à la surface de la planète rouge, l’Homme n’y a pas posé le pied. 

Docteur ès fake news (fausses nouvelles), l’homme est connu aux Etats-Unis pour avoir invité Trump lors des primaires républicaines et être depuis l’un de ses indéfectibles soutiens. Il a aussi assuré le succès de la rumeur dite de la Pizzagate, cette fausse nouvelle d’un réseau pédophile impliquant des proches d’Hillary Clinton, une histoire 100% bidon pour laquelle Alex Jones dû finalement présenter des excuses publiques.

« Ils ne veulent clairement pas que l’on cherche ce qu’il se passe »

Bref, l’émission accueillait récemment un certain Robert David Steele, lequel affirmait haut et fort croire en l’existence d’une colonie martienne « peuplée d’enfants kidnappés et envoyés dans l’espace il y a une vingtaine d’années« . Une fois sur place, « ils n’ont pas d’alternative sinon celle d’être esclaves de la colonie martienne » affirme-t-il alors. Des affirmations que « l’expert » justifie par l’opacité des activités de l’entreprise américaine : « 90% des missions de la NASA sont secrètes«  prétend-il. Du miel aux oreilles du complotiste Alex Jones, concluant par un : « Ils ne veulent clairement pas que l’on cherche ce qu’il se passe« …

Ces affabulations auraient-elles dû être écartées d’un revers de main ? La NASA a décidé du contraire, choisissant l’intervention de son porte-parole pour dégonfler la baudruche lancée par Alex Jones. Un geste qui montre combien la question des fake news est devenue urgente, aux Etats-Unis et ailleurs, comme prise au sérieux par les géants de l’internet. On se souvient ainsi du partenariat lancé par Facebook et Google pour vérifier l’exactitude des informations relayées sur leurs plateformes avec le concours de rédactions partenaires. Quoi qu’il en soit, la présence de l’homme sur Mars ne sera peut être bientôt plus de la science-fiction. La société SpaceX espère y envoyer les premiers colons à partir de 2023. Mais « sans garantie de survie« .

Sources

Publicités