« A la conquête de Titan »

Titan, la principale lune de Saturne, sera-t-elle un jour notre future planète ? Objet de curiosité depuis sa découverte au XVIIe siècle, Titan, la plus grosse lune de Saturne, a commencé à livrer ses secrets en 2005 grâce à une mission spatiale exceptionnelle : «Cassini-Huygens». Après un voyage de sept ans, un vaisseau orbiteur, Cassini, a réussi à envoyer une sonde, Huygens, se poser sur Titan, à plus d’un milliard et demi de kilomètres de la Terre. 

À ce jour, Titan reste le corps céleste le plus lointain où l’homme ait réussi à faire atterrir une sonde. C’est cette aventure hors du commun que le documentaire invite à revivre à l’heure où les survols de Cassini vont prendre fin, après treize années d’une incroyable richesse pour le milieu scientifique.

Titan, aussi appelé Saturne VI, est le plus grand satellite de la planète Saturne. Avec un diamètre 6 % plus grand que celui de Mercure, Titan est par la taille le deuxième satellite du système solaire, après Ganymède. Il s’agit du seul satellite connu à posséder une atmosphère dense. Découvert par l’astronome hollandais Christian Huygens en 1655, Titan est la première lune observée autour de Saturne.

Titan est principalement composé de roche et d’eau gelée. Son épaisse atmosphère a longtemps empêché l’observation de sa surface jusqu’à l’arrivée de la mission Cassini-Huygens en 2004. Cette dernière a permis la découverte de lacs d’hydrocarbures liquides dans les régions polaires du satellite. Du point de vue géologique, la surface de Titan est jeune ; quelques montagnes ainsi que des cryovolcans éventuels y sont répertoriés, mais cette surface demeure relativement plate et lisse avec peu de cratères d’impact observés.

L’atmosphère de Titan est composée à 98,4 % de diazote et comporte 1,6 % de nuages de méthane et d’éthane. Le climat — qui comprend des vents et de la pluie de méthane — crée sur la surface des caractéristiques similaires à celles rencontrées sur Terre, telles des dunes et des côtes, et, comme sur la Terre, présente des saisons. Avec ses liquides (à la fois à la surface et sous la surface) et son épaisse atmosphère de diazote, Titan est perçu comme un analogue de la Terre primitive, mais à une température beaucoup plus basse. Le satellite est cité comme un possible hébergeur de vie extraterrestre microbienne ou, au moins, comme un environnement prébiotique riche en chimie organique complexe. Certains chercheurs suggèrent qu’un possible océan souterrain pourrait servir d’environnement favorable à la vie.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s