« Les Russes ne croient pas au réchauffement climatique »

Les Russes ne prennent pas le réchauffement climatique très au sérieux. Bien au contraire, ils sont nombreux à être persuadés qu’il ne s’agit que d’une vaste conspiration pour faire peur à l’humanité. Selon une étude publiée par VCIOM, l’institut de sondage public russe, ils sont ainsi 39 % à penser que le réchauffement climatique est un phénomène « naturel » et non provoqué par la pollution. Vladimir Poutine lui-même y croit.

Le sondage a révélé que ce pourcentage a augmenté de cinq points par rapport à celui de 2010 qui n’était alors que de 34 %. Les chiffres sont aussi préoccupants concernant l’intérêt que portent les Russes à l’état du climat. Ils ne sont que 20 % à affirmer en « savoir beaucoup de choses », contre 36 % il y a sept ans.

En opposition, la moitié de la population s’inquiète de la situation, qualifiant le réchauffement mondial comme « un problème sérieux qui exige une solution immédiate. »

Une opportunité économique ?

Si le Vladimir Poutine s’engage à respecter les accords de Paris sur le climat, il n’en reste pas moins sceptique quant à l’origine du réchauffement mondial. Pour lui, ce n’est pas l’homme qui en est responsable, car il s’agit d’un phénomène naturel. En tant que tel, le réchauffement climatique est donc impossible à stopper.

« La question est de s’y adapter », avait avancé le chef d’État russe lors du Forum sur l’Arctique en mars dernier.

Vladimir Poutine avait même estimé que le réchauffement climatique représente une opportunité économique pour la Russie. La fonte des glaces permet d’extraire et exploiter plus facilement les ressources naturelles. Ils sont plus de 27 % à abonder dans ce sens selon le sondage de VCIOM.

La température augmente en Russie

L’année dernière, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a révélé que la température mondiale était encore montée d’environ 1,1 °C. Si on en croit un rapport publié par l’ONG Carbon Disclosure Project (CDP), ce n’est que le début. L’étude prédit en effet que les températures pourraient encore grimper de 4 °C à la fin du siècle, la chaleur deviendrait alors insupportable.

La Russie pourrait faire partie des principales contrées à en payer les frais. Il y a dix ans, le ministère russe de l’Environnement avait prévenu que le pays se réchauffait deux fois plus vite que le reste du monde. Cela s’est traduit par de nombreuses catastrophes naturelles dans le pays.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s