« Nazca : un nouveau géoglyphe géant a été découvert »

Nazca fascine les archéologues depuis plusieurs années et une équipe de chercheurs vient précisément de découvrir un nouveau géoglyphe dans le désert péruvien. Il pourrait être le plus ancien de tous.

Inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO, ces étranges motifs ont été évoqués pour la première fois dans un ouvrage signé de la main du conquistador espagnol Petro Cieza de Leon au milieu du 16e siècle. L’homme avait en effet découvert d’étranges dessins gravés à même le sol lors d’un long périple organisé à travers les terres latines.

Toutefois, à l’époque, le conquistador n’avait pas prêté spécialement attention à ces lignes. Il pensait en effet qu’il s’agissait de pistes tracées par les autochtones.

Nazca, un mystère archéologique

Il a fallu attendre plusieurs siècles pour réaliser l’étendue des motifs tracés à travers le désert péruvien. Toribio Mejia Xesspe a en effet été le premier homme à les voir sous leur véritable nature en explorant la vallée située aux abords de la rivière de Nazca.

Fasciné par son récit, Paul Kosok a alors eu l’idée de survoler la région dix ans plus tard afin de pouvoir examiner ces étranges motifs et l’homme a alors réalisé que ces derniers formaient des dessins complexes, des dessins symbolisant le plus souvent des animaux ou des créatures chimériques.

Les études se sont multipliées durant les années suivantes et les chercheurs ont ainsi découvert des dizaines de motifs différents, des motifs datant tous de la même période comprise entre 300 av. J.-C. et l’année 800 de notre ère.

Ces motifs ont donné lieu à de nombreux débats et de nombreuses théories ont tenté d’expliquer leur nature.

Rosa Lasaponara, une chercheuse du Conseil national de recherche à Rome, semble avoir été la première à percer leur mystère. En croisant des données issues de plusieurs vues satellites, la scientifique a en effet réalisé que les géoglyphes reliaient des structures en spirales utilisées pour faire remonter de l’eau en provenance des nappes souterraines. Créer ces motifs aurait donc été pour les peuplades de l’époque une manière de remercier leurs divinités pour l’eau offerte pour leurs cultures.

Un nouveau motif a été trouvé

En 2013, des chercheurs ont fait le déplacement dans la région afin de tenter de découvrir de nouveaux motifs. L’expérience a été couronnée de succès.

Après quatre années passées à analyser les données récoltées à l’occasion de cette expédition, les scientifiques ont en effet annoncé avoir découvert un nouveau motif représentant une orque.

Plus intéressant, selon Markus Reindel, ce motif pourrait être le plus ancien de la collection de Nazca.

Ce n’est cependant pas ce qui les a le plus surpris. Les orques ne vivaient pas à proximité du désert péruvien et les chercheurs se demandent donc comment les peuplades de l’époque ont réussi à dessiner une créature dont ils ne pouvaient avoir connaissance. Pour ne rien arranger, en observant attentivement les alentours, les chercheurs ont trouvé plusieurs motifs supplémentaires ressemblant à des symboles religieux.

Sources

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s