« Comprendre et investir dans les crypto-monnaies »

Une crypto-monnaie, dite aussi cryptodevise ou monnaie cryptographique, est une monnaie virtuelle utilisable sur un réseau informatique décentralisé, de pair à pair. Elle est fondée sur les principes de la cryptographie et intègre l’utilisateur dans les processus d’émission et de règlement des transactions.

A retenir avant tout investissement: « n’investissez que ce que vous pouvez perdre »

Présentation

Aujourd’hui, toutes les crypto-monnaies sont des monnaies alternatives, car elles n’ont de cours légal dans aucun pays. Les crypto-monnaies utilisent un système de validation par preuve de travail pour les protéger des contrefaçons électroniques. De nombreuses crypto-monnaies ont été développées mais la plupart sont similaires et dérivent de la première implémentation complète : le Bitcoin.

Sauf exceptions, la majorité des crypto-monnaies sont conçues pour que la création de nouvelles unités de monnaie soit graduelle, tout en plaçant, pour la plupart d’entre elles, un plafond à la masse monétaire qui sera à terme en circulation. Ceci est fait dans le but d’imiter la rareté (et la valeur) des métaux précieux et d’éviter l’hyperinflation. Comparées aux monnaies ordinaires maintenues par des institutions financières ou gardées en espèce, les crypto-monnaies sont gérées par un grand livre de comptes ouvert et consultable de tous (la blockchain) qui répertorie l’ensemble des transactions depuis l’origine. Une crypto-monnaie n’est donc pas occulte dans la mesure où n’importe quelle transaction est consultable sur internet avec mention de l’adresse électronique des comptes émetteur et receveur ainsi que du montant de la transaction. Pour autant, ces transactions sont infalsifiables et inviolables grâce au recours intensif à la cryptographie. Notons qu’il existe des exceptions à la règle de l’anonymat, comme le Darkcoin, le Zerocoin, le Bytecoin et Black Coin.

Histoire des crypto-monnaies

En 1998, Wei Dai a publié une description de « b-money », un système électronique de trésorerie anonyme. Peu après, Nick Szabo a créé le « Bit Gold » qui demandait aux utilisateurs de compléter une fonction de preuve de travail dont les solutions étaient chiffrées, mises ensembles et publiées. Le Bitcoin, créé en 2009 par un développeur (ou un groupe de développeurs) de logiciel utilisant le pseudonyme de Satoshi Nakamoto, utilise l’algorithme SHA-256 comme système de preuve de travail. Plus tard, d’autres crypto-monnaies majeures ont été développées, comme le Litecoin (qui utilise scrypt comme preuve de travail et a des confirmations de transaction plus rapide), le Peercoin (qui utilise un système hybride de preuve de travail et a une inflation de 1 %) et le Namecoin (qui sert de DNS décentralisé, qui rend la censure d’internet plus difficile) ont été créées. Plusieurs autres crypto-monnaies ont été créées, toutes n’ont pas connu le succès, notamment celles apportant peu d’innovation. Durant les premières années d’existence, les crypto-monnaies ont gagné peu à peu l’attention des médias et du public. Depuis 2011, l’intérêt a rapidement augmenté, notamment durant la rapide montée du cours du Bitcoin en avril 2013. À partir de 2014, une seconde génération de crypto-monnaies est apparue, comme Monero, Ethereum et Nxt avec de nouvelles fonctionnalités telles que des adresses de furtivité, des contrats intelligents, le recours à des chaînes de bloc latérales ou adossées à des actifs tels que de l’or.

Aujourd’hui les représentants de plusieurs banques centrales ont déclaré que l’adoption de crypto-monnaies telles que Bitcoin posent un défi important pour la capacité des banques centrales à influencer le prix du crédit pour toute l’économie. Ils ont également estimé que la popularité croissante des crypto-monnaies commerciales risque de faire perdre la confiance des consommateurs dans les monnaies fiduciaires. Gareth Murphy, un représentant de la banque centrale américaine a enfin déclaré que « l’utilisation généralisée [des crypto-monnaies] rendrait plus difficile pour les organismes statistiques de recueillir des données sur l’activité économique, elles-mêmes utilisées par les gouvernements pour orienter l’économie ». Il avertit que les crypto-monnaies constituent un nouveau défi pour le contrôle des fonctions importantes de la politique monétaire et de change des banques centrales.

Un entrepreneur, fondateur de Robocoin, a lancé le premier distributeur automatique de bitcoin aux États-Unis le 20 février 2014. Le kiosque, installé à Austin dans le Texas, est similaire aux guichets automatiques bancaires, mais dispose de scanners pour lire les cartes d’identité afin de confirmer l’identité des utilisateurs.

Surveillance par les autorités et légalité

De par leur construction intrinsèque, les crypto-monnaies échappent à toute régulation. Néanmoins leur surveillance est discutée par les autorités monétaires sur deux axes :

  • contrôler la légalité des biens ou des services achetés grâce aux crypto-monnaies et ainsi éviter les achats illégaux (drogue…).
  • surveiller la conversion en devises légales et ainsi détecter le blanchiment d’argent d’origine criminelle.

De manière générale, le statut juridique des crypto-monnaies varie considérablement d’un pays à l’autre. Pour certains pays, les monnaies, ou certaines d’entre elles, sont légales et permettent de commercer librement, dans d’autres le statut n’est pas encore défini alors qu’enfin la législation concernant les crypto-monnaies est encore en train d’évoluer ou les a totalement interdites.

Les services fiscaux américains ont jugé par ailleurs que le bitcoin serait traité comme un bien immatériel, par opposition au dollar, l’assujettissant à l’impôt sur les gains en capital. Un groupe de chercheurs d’Oxford et de Warwick, ont montré que le bitcoin a des caractéristiques similaires aux métaux précieux.

Au Canada, un homme a été condamné pour avoir commercialisé une cryptomonnaie sans y être autorisé. La Fraude était basée sur une fausse promesse de retour sur investissement avec une ICO.

ICO

Une ICO (initial coin offering), en référence aux IPO, est une forme de financement, à mi-chemin entre la levée de fonds et le financement participatif, par la prévente d’une nouvelle crypto-monnaie. La première ICO notable est celle d’Ethereum en 2014. En 2017, ce marché est encore peu régulé, ainsi en septembre la Chine interdit les ICO sur son territoire.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités