« Liste des smartphones avec le meilleur et le pire débit d’absorption spécifique »

Qu’est-ce que le DAS, débit d’absorption spécifique ? Quelles risques posent les ondes électromagnétiques sur la santé ? Quels sont les smartphones qui émettent le moins d’ondes ? Les études sont encore contradictoires concernant le lien entre l’exposition au rayonnement électromagnétique et le risque de développer un cancer. Pourtant, il est possible de prendre déjà une première précaution en choisissant le meilleur smartphone du côté du DAS . En voici la liste !

On entend souvent parler de DAS, avec beaucoup de confusion notamment du point de vue de ses dangers pour la santé. Et en général, on ne pense pas toujours à consulter cet indicateur lorsque l’on achète un smartphone. Alors pourquoi c’est important ? Y a-t-il un risque avéré sur la santé ? Comment limiter les risques supposés de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques ? Quels sont les meilleurs et les pires smartphones smartphones du point de vue du DAS ? On fait le point !

Qu’est-ce que le DAS, ou débit d’absorption spécifique ?

Lorsque vous vous penchez sur la fiche technique d’un smartphone, vous remarquerez que pour chaque appareil est indiqué le DAS (débit d’absorption spécifique). Le DAS correspond au rayonnement électromagnétique qui sera absorbé par votre corps lorsque vous utilisez votre smartphone. Ces ondes proviennent aussi bien des antennes dédiées au GSM, réseau 3G et 4G, que celles dédiées au WiFi et au Bluetooth. On la mesure retenue s’exprime en Watts. Comme votre four micro-ondes, les ondes émises par votre smartphone – et d’autres appareils – provoquent en effet une élévation de la température des tissus (composés essentiellement d’eau) lorsqu’elles sont absorbées.

Des Watts aux calories, en passant par les joules

Or 1 watt représente le transfert d’une énergie de 1 joule par seconde. Pour se représenter à peu près quoi cela correspond en termes d’élévation de la température des tissus, on va devoir passer à une autre unité de mesure, la calorie. Elle-même définie comme la quantité d’énergie nécessaire pour faire monter la température d’un gramme d’eau de 1°C. Une calorie est égale à 4,186 joules. Bien sûr, cela se corse très vite : le DAS s’exprime en watts par kilogramme. Or, les ondes d’un smartphone ne s’échappent pas qu’en direction de votre corps, mais dans de nombreuses directions. Le DAS ne concerne que la partie des ondes qui est effectivement absorbée par votre corps.

Le DAS dépend en grande partie de la méthode qui sert à le mesurer

Le DAS dépend donc en grande partie de la manière dont il est mesuré. Comme depuis le début de la téléphonie sans fil, cette valeur est testée d’abord sur une représentation de la tête humaine, comme si le propriétaire de l’appareil était en communication. La mesure a lieu à l’endroit défini comme ayant la plus forte absorption, ce qui dans le cas d’un smartphone ou d’un téléphone portable se trouve le plus près possible des antennes. Les mesures sont faites à plusieurs endroits de la tête dans diverses plages de fréquences (plus elles sont élevées, plus elles sont vectrices d’énergie mais moins elles pénètrent les tissus).

Dans le cas des smartphones d’autres tests sont également menés, comme par exemple aux extrémités, au niveau de la taille, etc. Ce qu’il faut savoir, c’est le DAS a beau s’appeler partout le DAS (ou SAR en anglais), on ne le mesure pas partout pareil ! Aux Etats-Unis, la valeur est mesurée sur 1 gramme seulement de tissu, absorbant la plus forte intensité de signal. En Union Européenne, elle est faite sur 10 grammes de tissus. En l’absence d’information sur le volume utilisé pour la mesure (ou du pays dans lequel le DAS a été mesuré), la comparaison entre les DAS d’appareils vendus à deux points du globe n’est pas possible.

À quand un indicateur réellement universel ?

S’il y vraiment un point important à retenir sur le DAS c’est donc que cet indicateur n’est hélas pas encore universel. En revanche, en Union Européenne, le système de mesure et les seuils sont les mêmes partout. Ce seuil se traduit dans la Loi des Etats-membres : le DAS de tous les appareils vendus dans l’Union ne peut dépasser 2 W/kg. La mesure étant faite, on vous le disait, sur 10g de tissus là où l’intensité des ondes est la plus forte. L’affichage du DAS est obligatoire – en l’absence d’autre mention il décrit une mesure faite au niveau de la tête. La plupart des téléphones récents présentent un DAS tête compris entre 0,4 et 1 W/kg mais certains sont de plus mauvais candidats que d’autres avec un DAS pouvant parfois flirter avec les limites légales.

DAS et ondes électromagnétiques : des risques réellement avérés sur la santé ?

On l’a vu, plus l’indice DAS est élevé, plus un téléphone est susceptible d’émettre des ondes. La question de savoir si ces ondes sont réellement nocives pour la santé, où si il y a un lien avéré entre leur intensité et le risque de cancer n’est cependant pas du tout tranchée. Il n’y a pas, en effet, de consensus scientifique sur les effets à long-terme sur la santé d’une exposition faible mais régulière à des rayonnements électromagnétiques. Si on prend le cas de figure plus large de l’exposition aux rayonnements électromagnétiques dans le milieu professionnel, on peut citer l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) qui admet bien des « conséquences » sur la santé des travailleurs, mais ne parle pas pour autant de risque et se garde bien de suggérer des effets à long terme.

Les « effets à court terme » par contre peuvent, selon l’INRS, se manifester « de manière directe« , notamment par un « échauffement des tissus biologiques » et une « stimulation du système nerveux » . Histoire d’ajouter à la confusion, la communauté scientifique n’est pas toujours d’accord avec la justice. Certains tribunaux ont en effet parfois franchi le pas de la reconnaissance d’un lien entre ondes et santé. En 2009, par exemple, un tribunal italien prud’homal a reconnu le lien entre le cancer d’un homme de 57 ans, Innocenzo Marcolini, et l’utilisation intensive du téléphone portable dans le cadre de son travail.

L’absence de consensus scientifique, ou la jurisprudence, montrent que la question de la dangerosité des ondes électromagnétiques est encore loin d’être tranchée. Des découvertes pourraient néanmoins être faites dans les prochaines années alors que ce genre de rayonnements fait désormais partie de notre quotidien. S’intéresser au DAS, c’est donc appliquer le principe de précaution. C’est d’ailleurs pour cette même raison que la mesure est systématiquement effectuée – et que l’affichage de la valeur est une obligation légale.

Comment limiter les risques liés à l’exposition aux ondes électromagnétiques ?

Vous souhaitez limiter votre exposition aux ondes électromagnétiques ? Commençons tenter de répondre aux bonnes questions : si vous le pouvez, essayez de mesurer au cours de plusieurs journées, le nombre d’heures que vous passez avec le téléphone portable / smartphone à moins de 10cm de votre corps. De la poche du pantalon à votre lit, il est fort probable que votre smartphone passe le plus clair de son temps en votre compagnie. Commencez par réduire cette relation fusionnelle – et imposez-vous des déconnexions où votre smartphone vous attendra sagement dans une autre pièce.

Il est également conseillé au cas où d’éviter de surexposer les parties les plus sensibles de votre corps : cerveau, aisselles, coeur, et parties génitales. Pour cela, il y a plusieurs solutions : vous pouvez par exemple trouver un autre moyen de le transporter au fil de la journée (un sac à dos qui pourra vous servir à transporter d’autres choses utiles ?) et d’utiliser un kit main libre – même sans fil. Les ondes émises par les dispositifs Bluetooth sont en effet plus faibles de plusieurs ordres de magnitude en comparaison des ondes émises par les antennes GSM/UMTS/GPRS/3G/4G de votre smartphone. En particulier sur les dispositifs dont la portée est la plus faible (classe 3 par exemple).

Et leur manière d’économiser de l’énergie, particulièrement avec les normes Bluetooth les plus récentes, implique que l’exposition aux rayonnements n’est pas continue. Bien sûr, le mieux reste le casque filaire, mais on est en 2018, et c’est nettement moins pratique ! Il par ailleurs très fortement conseillé de ne pas dormir à côté de son smartphone. Ce conseil n’est d’ailleurs pas uniquement motivé par le DAS. Près de votre lit, vous serez plus tenté de l’utiliser avant de vous endormir, or la lumière bleue qu’ils émettent perturbe le rythme circadien et vous empêche de dormir. Par ailleurs on a tendance à les charger près du lit, de quoi augmenter les risques d’accidents (explosions).

Classement des smartphones par DAS du plus élevé au plus faible

Nous avons essayé de dresser un classement DAS des smartphones les plus populaires. Si vous pensez que certains devraient figurer dans le classement, n’hésitez pas à nous le signaler dans les commentaires !

DAS : top 15 des meilleurs smartphones

La valeur représente DAS tête (W/kg)

  • Samsung Galaxy Note 8 (0.173)
  • ZTE Max Duo LTE (0.25)
  • Samsung Galaxy S8+ (0.26)
  • Samsung Galaxy S7 Edge (0,264)
  • Samsung Galaxy S8 (0.315)
  • Ulefone Power (0.323)
  • Wiko Pulp (0.332)
  • Samsung Galaxy J5 2017 (0.349)
  • Samsung Galaxy A3 2017 (0.349)
  • Wiko Lenny 3 (0,358)
  • Huawei P8 Lite (0.36)
  • Samsung Galaxy S7 (0.406)
  • Wiko U Feel (0.479)
  • Samsung Galaxy J1 Duos (0.539)
  • Cat S30 (0.56)

DAS : top 20 des pires smartphones

La valeur représente DAS tête (W/kg)

  • Huawei P8 (1.72)
  • Huawei Mate S (1.72)
  • Motorola Moto Z2 Play (1.680)
  • Huawei Mate 9 (1.640)
  • Alcatel Touch Idol 3 (1.631)
  • Huawei Mate 7 (1.540)
  • Honor 8 (1.5)
  • Wiko Wim (1.49)
  • Huawei P9 (1.43)
  • Apple iPhone 7 (1.38)
  • OnePlus 5 (1.37)
  • Apple iPhone 8 (1.36)
  • Apple iPhone 7 Plus (1.24)
  • Honor 6X (1,23)
  • Honor 5C (1,14)
  • Honor 7 (1,13)
  • Apple iPhone 8 Plus (0.99)
  • Apple iPhone X (0.98)
  • Apple iPhone 6s Plus (0.91)
  • Apple iPhone 6S (0,87)

Alors, vous y voyez plus clair ? N’hésitez pas à partager votre opinion sur le sujet dans les commentaires de cet article !

Sources

« Un petit clic sur la publicité ci- dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s