« Elon Musk va connecter la planète entière à Internet »

Quelques jours après le lancement du Falcon Heavy, Elon Musk revenait hier avec son nouveau projet désormais enclenché, baptisé Starlink. L’idée : établir une couverture internet haut débit de toute la planète grâce à des satellites en orbite basse. Ce mercredi voyait le lancement des deux premiers satellites tests de ce projet.

Entre 2005 et 2017, le nombre de personnes connectées a été multiplié par trois et demi : d’un milliard à environ 3,5 milliards de personnes – passant de 15 % à environ la moitié de la population mondiale. Dans les 10 ans à venir, on estime qu’à peu près 70 % de la planète aura accès à Internet. Il sera alors nécessaire de connecter cette dernière via des constellations gigantesques de satellites évoluant en orbite terrestre basse. En 2016, la Federal Communications Commission (FCC) avait approuvé le lancement de 4 425 satellites internet SpaceX. L’entreprise avait ensuite porté ce nombre à près de 12 000 – soit environ six fois le nombre de satellites actifs actuellement en orbite autour de la Terre. Des satellites qui serviront à terme de relais pour un réseau internet à très longue distance.

À cette fin, SpaceX lançait hier deux premiers prototypes de satellites de télécommunication : Microsat-2a et Microsat-2br. Fonctionnant chacun sur une fréquence radio différente, ils ont été mis en orbite non stationnaire à 500 km d’altitude. Notons au passage que la fusée transportait une autre charge utile, plus « officielle ». Il s’agissait du satellite espagnol Paz, qui servira à recueillir des vues de la Terre pour les clients gouvernementaux et commerciaux, ainsi que des capteurs de suivi des navires et des conditions météorologiques.

Si l’objectif affiché d’Elon Musk est avant tout d’apporter Internet dans les régions les plus reculées du monde (et souvent les plus pauvres), rappelons que le directeur de SpaceX et Tesla vise les 40 millions d’abonnés au réseau Starlink d’ici 2025. Cela pourrait rapporter à SpaceX 30 milliards de dollars par an. De quoi financer, pourquoi pas, un programme spatial pour une future exploration martienne.

Sources

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités