« La vie sur Europe pourrait ressembler à ceci »

L’exploration de la lune de Jupiter n’est pas pour demain. Mais des scientifiques ont étudié des bactéries, retrouvées à 3 km sous terre, qui pourraient survivre sur Europe.

Europe, une lune glacée de Jupiter, intrigue beaucoup les chercheurs. Sous sa couche de glace conséquente existerait un océan d’eau liquide traversé par des sources hydrothermales. Que trouve-t-on dans ces profondeurs sous-marines ? Des traces de vie éteinte ? La NASA et l’ESA ont pour projet d’envoyer un atterrisseur à la surface de cette lune dès 2020.

Mais en attendant d’avoir des réponses sûres et certaines, des chercheurs sud-africains ont réalisé des expériences sur une bactérie nommée Desulforudis audaxviator. Elle a été découverte en 2008 à trois kilomètres sous terre, dans des résidus d’eau souterraine de la mine d’or de Mponeng, en Afrique du sud, qui peuvent atteindre les 60 degrés Celsius.

L’étude publiée par les chercheurs du Laboratoire National de lumière synchrotron (LNLS) et du centre de recherche en astrobiologie (NAP-Astrobio) de l’Université de Sao Paulo (Brésil) dans la revue scientifique Nature montre que Desulforudis audaxviator est particulièrement vivace. Elle est capable de survivre pendant des millions d’années dans cet environnement extrêmement particulier sans interagir avec aucune autre espèce vivante, sans lumière du jour et sans oxygène.

Comment vit-elle, alors ? En se nourrissant de l’énergie nucléaire contenue dans les roches alentour. Celle-ci comprend des éléments radioactifs naturels comme l’uranium. « C’est la première fois que nous découvrons un écosystème qui survit directement grâce à la présence d’énergie nucléaire », a affirmé Douglas Galante, auteur principal de l’étude, à l’agence de presse FAPSEP.

Quel rapport avec Europe ? Eh bien, les conditions de vie dans les profondeurs sous-marines de la lune de Jupiter pourraient être comparables à celles qui ont vu naître cette bactérie. « Le lit océanique sur Europe semble offrir des conditions de vie assez similaires à celles qui existaient sur une Terre primitive, durant son premier milliard d’années », a encore expliqué Douglas Galante. Ce qui signifie que ces communautés bactériennes sont profondément enfouies sous la Terre pourrait être un excellent modèle d’étude pour les scientifiques cherchant à comprendre la vie sur Europe.

Sources

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités