« Les Extraterrestres de Nasca-Alien Project-Point presse et déclaration médicale »

Point presse et déclaration médicale du médecin chirurgien Edson Salazar Vivanco sur l’un des spécimens extraterrestres de Nasca.

Tous les faits sur Alien Project

Le point de vue de O.V

« L’Histoire ne retient pas les méandres de l’information, les degrés d’exigence et les passions de chacun . L’Histoire ne retient qu’une chose: une date, un lieu et un homme !.Cette date, c’est en ce moment. Le lieu, c’est le Pérou, terres de tant de mystères. Cet homme, c’est Thierry Jamin qui diffuse avec professionnalisme toute sa passion sur cette incroyable découverte que nous ne sommes plus seuls dans l’Univers.

En conclusion, bravo à Thierry Jamin, à toute son équipe et bien entendu à M6 qui n’a pas eu peur de relayer cette incroyable aventure. TF1 en avait fait les frais avec Roswell et Jacques Pradel il y a quelques années et depuis cette époque, les reportages traitant de ce genre d’informations sont à risques en matière de crédibilité. Donc, encore une nouvelle fois, un grand bravo. » O.V

Ce que dit Thierry Jamin, président de l’Institut Inkaru Cusco sur Alien Project

D’AUTHENTIQUES CORPS HUMANOÏDES « MOMIFIÉS », ASSOCIÉS À D’ÉTRANGES ORGANES ET À DES ARTEFACTS D’ORIGINE INCONNUE, ONT-ILS RÉELLEMENT ÉTÉ DÉCOUVERTS PAR DES PILLEURS DE TOMBES DANS LE SUD DU PÉROU VERS LA FIN DE L’ANNÉE 2015 ? OU BIEN SOMMES-NOUS LES VICTIMES D’UN ÉNORME CANULAR AU RETENTISSEMENT PLANÉTAIRE ?

L’affaire des « momies de Nasca »

Grâce à la diffusion de nos vidéos à travers Internet, cette affaire de « momies de Nasca » est aujourd’hui au cœur de l’attention mondiale et ne pourra plus être étouffée. C’était l’un de nos premiers objectifs.

Depuis la fin de l’année 2016, mon équipe et moi menons l’enquête. C’est sans doute l’histoire la plus incroyable qu’il nous soit jamais arrivée. Mais est-elle vraie ? Cette question lancinante me taraude depuis ce jour d’octobre où j’ouvris la porte à un certain « Luis Quispe », alias Paul R., détenteur d’un incroyable secret. Je n’oublierai jamais le regard stupéfait de mes deux compagnons de route, José Casafranca et Edward Valenzuela Gil, lorsque Paul nous dévoila pour la première fois ce petit corps humanoïde de 25 cm de long, cette tête momifiée aux allures d’E.T. et cette main gigantesque constituée de trois doigts de six phalanges et munis d’implants métalliques.

Le soutien d’une communauté

Contre vents et marées, nous avons enquêté au cœur de l’affaire, grâce à « Mario », le chef des huaqueros à l’origine de cette découverte. Durant des mois, nous avons remué ciel et terre pour tenter de sauver une partie du riche matériel biologique rencontré dans ce site mystérieux, caché quelque part à quelques centaines de mètres des célèbres figures géantes de Nasca.

Avec patience, nous avons réussi au fil du temps à gagner la confiance de « Mario ». Une relation franche et amicale s’est même peu à peu tissée entre nous. C’est grâce à cette relation privilégiée qu’il nous a été possible d’étudier un grand nombre des mystérieux corps retrouvés par lui et ses compagnons dans le désert de Nasca.

Grâce à la mobilisation d’Internautes, nous avons pu lancer à partir de mars 2017 une série d’analyses scientifiques visant à établir, ou non, l’authenticité de ces Entités Biologiques. Grâce au soutien du journaliste mexicain Jaime Maussan et du groupe nord-américain Gaia, l’affaire des « momies de Nasca » est même allée au-delà de nos espérances initiales.

Des analyses pour confirmer ou non l’authenticité

Les innombrables examens effectués à Cusco sur les entités par une pléiade de spécialistes venus des quatre coins du monde, les radiographies, les scanners, les analyses ADN et Carbone 14 montrent qu’il s’agit bien d’entités ayant vécu. Et malgré les critiques des sceptiques, aucun indice de fraude n’a encore pu être établi de façon évidente. Certaines études sont encore en cours et leurs résultats, dans quelques semaines ou dans quelques mois, pourraient bien ébranler nombre de nos certitudes.

LES IMPLICATIONS D’UNE TELLE NOUVELLE, À TOUS LES NIVEAUX DE LA SOCIÉTÉ, SONT IMMENSES. MAIS SOMMES-NOUS PRÊTS À RECEVOIR CETTE INFORMATION ?

AU-DELÀ DU RAISONNABLE, MES CAMARADES ET MOI AVONS PRIS NOS RESPONSABILITÉS. ET NOUS NE REGRETTONS RIEN. C’ÉTAIT UNE AFFAIRE DE CONSCIENCE. CHAQUE CITOYEN DU MONDE DEVRAIT SE SENTIR CONCERNÉ PAR CE QUI SE PASSE ACTUELLEMENT À NASCA. S’IL S’AGIT DE VÉRITABLES « RELIQUES », C’EST TOUTE L’HISTOIRE DES HOMMES QU’IL FAUDRA RÉÉCRIRE. L’AVENIR LE DIRA BIENTÔT… OU PAS.

THIERRY JAMIN,
PRÉSIDENT DE L’INSTITUT INKARI – CUSCO

Alien Project dans le magazine 66 minutes de M6 (28.01.2018)

L’avis éclairé de la Presse

Sources

66 minutes a commencé par élucider une incroyable énigme scientifique. « Thierry Jamin, un explorateur français au look d’Indiana Jones qui a consacré sa vie aux civilisations précolombiennes, affirme avoir trouvé au Pérou des momies en forme d’aliens. » Et même des aliens en forme de momies. « Il en est persuadé, les extraterrestres existent. » Ou ont existé. « De quoi faire sourire bien des scientifiques, certains parlent de canular et même d’escroquerie. » Des jaloux.

« Les faits, les voici : l’homme affirme avoir découvert des momies aliens au Pérou », commence le reporter, qui suit Thierry Janin dans sa tournée de levée de fonds en France. « Cet explorateur apporterait la preuve d’une vie extraterrestre. »Les preuves s’affichent à l’écran. Impressionnantes.

« J’ai découvert que c’était la personne qui pouvait confirmer l’existence des extraterrestres », confie un spectateur. « Au Pérou, la découverte du Français fait régulièrement la une des médias. Mais ces momies aliens sont-elles authentiques ou sont-elles le résultat d’une incroyable supercherie ? Cet explorateur est-il un affabulateur ? » Suivant la mode du fact-checking, l’enquêteur se rend dans les Andes pour le travail de vérification des informations. Dès le premier jour, en parcourant les rues de Cuzco, les imposants appareillages de monuments précolombiens fournissent un indice : « C’est à se demander si on n’a pas été aidé par un peuple venu d’ailleurs », avance l’explorateur.

« Dans un lieu tenu secret », l’enquêteur a pu filmer les momies aliens, d’« énigmatiques petits corps osseux avec des têtes étrangement familières ». « Quand tu les vois comme ça de profil, montre Thierry Janin, tu as vraiment l’impression de voir E.T., de Steven Spielberg. » Ah oui, il doivent venir de la même planète.

« Mais d’autres détails intriguent ce passionné, comme ces mains à trois doigts. » Alors qu’E.T. en avait quatre. Ça se complique. « Ou encore ces trois œufs dans l’abdomen, visible aux rayons X. » Preuve que les extraterrestres sont ovipares.

L’explorateur présente « sa pièce maîtresse, une créature momifiée et recroquevillée sur elle-même ». Pour pouvoir la faire entrer dans sa caisse en plastique. « Ce qu’on remarque, c’est l’odeur, note Thierry Jamin. L’odeur de corps desséché, de momie… » Plus précisément, de momie d’un lointain ancêtre d’E.T. « C’est de la chair qui a traversé les siècles, elle change l’histoire de l’humanité. » Et du cinéma. « Thierry en est persuadé, il serait face à un croisement d’être humain et d’extraterrestre. » Ça expliquerait les trois doigts.

« On me traite d’escroc, admet Thierry Jamin. Mais on a pris un risque de crédibilité au niveau professionnel. » Il n’a d’autre choix que celui de la sincérité. Sinon, fini les interviews à la télé péruvienne, les reportages de M6, les bourses du CNRS, les articles dans Nature…

Un trafiquant d’objets archéologiques lui a procuré cette étrange marchandise, confie l’explorateur. « Il nous a demandé 10 000 dollars, on pouvait pas payer, on lui a demandé de nous les confier pour en confirmer l’authenticité, et on lui a dit que si c’était authentique, ça augmenterait la valeur de son business. » Ça paraît honnête. Décidé à tout vérifier en détail, le journaliste de M6 se rend dans « une région [qui] regorge de sépultures ancestrales, le désert de Nazca », où il filme des dizaines de crânes témoins de l’hybridation entre humains et extraterrestres.

Il rencontre « un pilleur de tombes, pas n’importe lequel, Mario, c’est justement lui qui a confié les fameuses momies à Thierry ». Cet enquêteur est vraiment très doué.

« Non, je ne peux rien dire », avoue le pilleur de tombes à propos des momies confiées à Thierry Jamin. Ça, c’est face à la caméra. Mais dans la voiture, le reporter a la bonne idée de l’enregistrer en caméra cachée, et là, le trafiquant reconnaît : « J’en ai encore une comme ça à la maison, elle est géniale. » Il en demande « 100 000 dollars ». Les prix montent vite, ils ont été multipliés par dix depuis la publication des découvertes de Thierry Jamin. « Ici, ces momies d’un autre monde sont devenues un véritable business. » Mais que fait l’Unesco ? A quand une Convention internationale pour lutter contre le trafic des aliens préhistoriques ?

Dans le désert de Nazca, Thierry Jamin montre au reporter d’« étranges dessins millénaires gravés dans la pierre. Des momies à trois doigts, comme celles de Thierry ». Fruit du croisement entre les humains et les aliens, bien avant 1982 et la réapparition d’E.T. sur Terre. L’explorateur interroge : « N’y aurait-il pas eu un contact entre un peuple exogène et les humains du sud du Pérou ? » Si, un contact sexuel, puisqu’ils se sont reproduits.

Le reporter poursuit sa contre-enquête auprès d’« une sommité dans le milieu, le paléontologue le plus réputé du pays. Pour lui, Thierry est un charlatan qui s’est fait avoir comme un débutant ». Ça reste à prouver. La sommité présente divers crânes d’animaux et les compare avec ceux dévoilés par Thierry Jamin. « La région occipitale d’un lama, d’un chat ou d’un chien ressemble beaucoup au visage de ces créatures. » Et alors ? Pourquoi les aliens préhistoriques n’auraient-ils pas possédé une tête de chat à l’envers sur un corps d’humain à trois doigts ?…En revanche, a-t-on déjà vu des chats ou des lamas ovipares ?

« Ils ont effectué des datations, poursuit le paléontologue, mais ça ne prouve pas que ce sont des momies aliens, juste que ce sont des ossements âgés de 1 600 ans. »Des ossements d’aliens momifiés par des humains, ça se tient. « Je ne vous dis pas que les extraterrestres n’existent pas, admet d’ailleurs le scientifique. Mais ces momies n’en sont pas la preuve. » Elles sont seulement la preuve qu’ils ont existé il y a 1 600 ans. Depuis, ils sont repartis pour ne plus revenir (s’il l’on excepte la brève visite d’un de leur lointain descendant à quatre doigts, en 1982).

« Thierry a décidé d’aller plus loin pour mettre tout le monde d’accord et faire valider ses thèses par la communauté scientifique. » La preuve irréfutable de la présence des aliens dans les Andes précolombiennes va être établie par « des analyses poussées : ce morceau de vertèbre sera analysé dans un laboratoire aux Etats-Unis, pour décrypter son ADN. » On verra bien s’il partage le patrimoine génétique d’E.T. « Si c’est authentique, ça vaut de l’or, ça n’a pas de prix, prévient Thierry Jamin. Parce que ça change l’Histoire. » L’histoire des relations intergalactiques : « Il y a peut-être eu, à un moment de l’histoire de l’humanité, un contact avec des frères venus des étoiles. » Reste à savoir pourquoi les échanges ont été rompus.

« Résultats dans quelques semaines, conclut le reporter. Avec cet examen, Thierry Jamin sait qu’il joue sa crédibilité et sa carrière. » M6 aussi. Mais j’apprécie d’ores et déjà son infatigable lutte contre les « fake news » qui pullulent sur Internet et sur les réseaux sociaux.

Alien Project: un peu d’histoire

« Tout a commencé par la découverte en 2015 de reliques très étranges dans la zone désertique Paracas-Nazca du Pérou. Ces reliques ou « créatures momifiées » sont en cours d’analyse (test ADN, C14, …). Ces entités présentent des caractéristiques appartenant aux reptiles, mais de forme humanoïde. Les représentations de ces entités se retrouvent dans les registres archéologiques, comme les pétroglyphes, géoglyphes, textiles et céramiques, remontant à 7000 ans, démontrant qu’ils eurent des contacts avec ces anciennes cultures péruviennes . Qui sont-ils ? D’où viennent-ils ? Vivent-ils encore sur notre planète ? Cette découverte archéologique extraordinaire pourrait non seulement bouleverser l’Histoire de l’Humanité mais aussi apporter un éclairage nouveau sur la place de l’Homme dans un univers où il n’est certainement pas si seul que l’on veut bien le croire. »

Alien Project : toute la chronologie des faits

28 jan 2018: interview dans le magazine 66 minutes de M6

Fin déc 2017: Les analyses ADN, C14, etc. du matériel biologique et les analyses des matériaux non biologiques se poursuivent…

29 nov 2017: Radiographie du nouveau matériel biologique récupéré avec le Dr Edson Salazar Vivanco.

25 nov 2017: L’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco parvient à récupérer puis à étudier un nouveau spécimen de type « petit gris », ainsi que deux nouvelles têtes momifiées de type « petit gris » et une main tridactyle de 38 cm de long.

Oct-Nov 2017: Thierry Jamin et Alain Bonnet font un Tour de France pour rencontrer les contributeurs d’Alien Project et donner des conférences.

7 octobre 2017 – Sarlat
12 octobre 2017 – Toulouse
19 octobre 2017 – Perpignan
20 octobre 2017 – Col de Vence
21 octobre 2017 – Annecy
24 octobre 2017 – Lyon
25 octobre 2017 – Lille
26 octobre 2017 – Paris
27 octobre 2017 – Tours
4 novembre 2017 – Angoulême

4 août 2017: L’équipe de Thierry Jamin réussit à étudier trois nouveaux spécimens de type « petits gris », baptisés « La Famille ». Examen et radiographie de ces 3 nouvelles entités biologiques.

11 juil 2017: L’Instituto Inkari – Cusco, en collaboration avec la chaîne privée américaine Gaia, le journaliste mexicain Jaime Maussan et le journaliste péruvien Jois Mantilla, organise pour la première fois une conférence de presse à Lima, afin de présenter les premières conclusions des analyses en laboratoire (Radiographies, scanners, ADN, C14, etc.) des E.B. étudiées et les premières conclusions des scientifiques ayant travaillé directement sur le matériel biologique. Ces conclusions peuvent se résumer en trois points : il s’agit bien de matériel biologique , ce matériel est ancien, voire très ancien, il n’a pas (encore) été trouvé d’indice flagrant de fraude.

9 juil 2017: Examen du corps hybride « Wawita », « bébé » en quechua, antique langue andine encore en usage.

19-20 mai 2017: L’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco réussit à récupérer une nouvelle entité biologique de type « gris » baptisée « Victoria ». Retour de Jaime Maussan à Cusco avec une équipe de TV des États-Unis.

9 mai 2017: Premiers Scanners de « Josefina », « Alberto » et « Maria ».

2 mai 2017: Radiographies de « Maria » et de « Josefina » en présence de l’équipe de Jaime Maussan et de deux chaînes de télévisions nord-américaines. Découverte de la présence de trois “oeufs” (?) dans l’abdomen de “Josefina”.

25 avr 2017: Rencontre de « Mario » à Palpa avec Thierry Jamin et l’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco, accompagnés de Jaime Maussan, et de deux chaînes de TV américaines. Mario révèle à l’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco une Entité Biologique exceptionnelle, de type « Hybride », baptisée « Maria » par Thierry et son groupe. Nouveau prélèvement d’ADN. L’équipe de l’Institut Inkari – Cusco parvient à convaincre « Mario » de leur prêter « Maria » afin de réaliser les premières analyses cliniques de la « relique », ainsi que des Radiographies et des scanners.

23 avr 2017: Accueil à Cusco de Jaime Maussan, journaliste mexicain et de 2 chaînes de TV américaines. Accompagné aussi du Dr. Jose Jesus Zalce Benitez, Médecin chef de la Marine du Mexique, du Biologiste mexicain Dr. Jose De La Cruz Rios Lopez et du Dr. Kontsnatin G. Korotkov, Professeur de Médecine à l’Université de Fédérale de Saint-Pétersbourg, Russie.

3 avr 2017: Prélèvement des premiers échantillons de différents corps momifiés et envoie dans plusieurs laboratoires situés dans divers pays.

2 avr 2017: L’Instituto Inkari – Cusco réussit à récupérer un deuxième Corps momifié de type « petit gris » baptisé « Josefina » par Thierry Jamin, 4 cerveaux et plusieurs objets en métal, en pierre et en os.

13-15 mar 2017: L’Instituto Inkari-Cusco réussit à récupérer un premier corps complet de type « petit gris », de 60 cm de long, rapidement baptisé « Alberto » par les Internautes. Puis, analyses et radiographies de cette nouvelle Entité Biologique (E.B.).

12 mars 2017: Fin du crowdfunding. Huit cents contributeurs (en grande majorité Français) permettent de dépasser le budget fixé : 39 510 €, soit 136% du projet initial.

07 fév 2017: Thierry Jamin et Alain Bonnet lancent un crowdfunding sur la plate-forme « Ulule » pour financer des analyses ADN et Carbone14 des entités biologiques récupérées. Budget prévu : 29 000 €

04 fév 2017: L’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco parvient à récupérer deux têtes momifiées, de type « petits gris », ainsi que trois mains momifiées de type « tridactyle ». Premières analyses et radiographies des têtes et des mains, avec le Dr Edson Salazar Vivanco.

Fin jan 2017: Thierry Jamin, José Casafranca Montés et Edward Valenzuela Gil, de l’Instituto Inkari – Cusco rencontrent, pour la première fois, le chef des huaqueros, « Mario »*, dans un hôtel de La Paz, en Bolivie, baptisé « Mario » par Thierry Jamin.

Première entité biologique de 38 cm de long: À Puno, l’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco parvient à récupérer, puis à étudier une première Entité Biologique (E.B.) prêtée par « Mario ». L’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco parvient à récupérer, puis à étudier, plusieurs pierres sculptées en formes d’OVNI et d’ET découvertes dans le premier « sarcophage ».

Mi jan 2017: Thierry Jamin et son équipe prennent la route de Nasca dans le but d’identifier et de rencontrer les pilleurs de tombes (huaqueros).

10 jan 2017. Thierry Jamin adresse un courrier au Ministre de la Culture péruvien (avec traduction en français) pour l’informer de l’affaire et demander l’intervention rapide de ses services, afin d’éviter un possible saccage de sites archéologiques dans la région de Nasca.

Oct./Déc 2016: C’est en octobre 2016 qu’a lieu la première rencontre à l’Instituto Inkari Cusco avec un certain « Luis Quispe », alias « Paul R.”, un contact des pilleurs de tombes. Suivront plusieurs rencontres entre Thierry Jamin, José Casafranca Montes et « Paul ». Elles permettent d’en apprendre plus sur les « huaqueros » (pilleurs de tombes) et les circonstances de la découverte du site. En même temps, Thierry Jamin et l’équipe de l’Instituto Inkari – Cusco en profitent pour étudier le matériel biologique récupéré par « Paul ».

Fin 2015: Découverte du site, dans la zone Nasca-Palpa, par des pilleurs de tombes, ou huaqueros.

Les vidéos d’Alien Project

(Certaines vidéos peuvent être bloquées par YouTube suivant votre pays)

Les photos d’Alien Project

Alien Project et le crowfunding

39 510 € ont été perçus à ce jour en crowdfunding pour Alien Project (voir l’information sur le site Internet http://fr.ulule.com/alien-project/ ). Cette somme est certes importante mais sachez que d’autres projets de tous horizons sont aussi financés par le biais du don sur bien des plateformes du type de http://fr.ulule.com/. L’argent ne doit pas être un frein à ce niveau de recherche. Le jeu en vaut certainement la chandelle. Nous serons peut-être épatés d’apprendre d’ici quelques temps que nous sommes témoins d’un événement archéologique mondiale.

Le magazine Ikaris d’Alien Project

Le magazine IKARIS sera disponible en kiosque le 1er février et également en pré-commande sur www.ikaris.fr. Voir le reportage: « Ikaris, le nouveau magazine des énigmes et de l’inexpliqué » 

Les liens Internet d’Alien Project

Site Internet n°1

Site Internet n°2 

Facebook 

Le lien internet de Thierry Jamin

Facebook

Les liens Internet de NureaTV

Cette formidable chaîne YouTube qui a toujours soutenu Alien Project.

Facebook

Chaîne YouTube

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités