« Doit-on craindre l’Intelligence Artificielle ? »

Lors d’une table ronde consacrée aux enjeux éthiques posés par l’IA, plusieurs spécialistes ont décrypté comment cette technologie interroge notre imaginaire, nos valeurs et notre humanité. Doit-on craindre l’Intelligence Artificielle ?

Selon Elon Musk, le monde court un très grand danger avec les IA. Si les humains ne limitent pas dès à présent le champ d’apprentissage et d’actions de ces technologies, non seulement elles prendront le dessus sur les êtres humains, mais elles causeront également leur perte.

Elon Musk a à cœur de faire passer ce message et il s’est d’ailleurs associé au réalisateur Chris Paine pour le faire. Ensemble, les deux hommes ont en effet présenté la semaine dernière la première de « Do You Trust This Computer », un documentaire traitant de tous les dangers liés à l’intelligence artificielle.

Les IA : une épée de Damoclès

Dans un tweet posté le vendredi 6 avril 2018, Elon Musk déclare que rien ne va plus affecter l’humanité que les intelligences artificielles.

Bien entendu, cela n’a rien d’une prédiction joyeuse, mais plutôt d’une prédiction apocalyptique. Le fantasque personnage tire la sonnette d’alarme sur l’importance que l’on accorde actuellement aux intelligences artificielles.

Bon nombre d’IA se sont déjà introduites aussi bien dans nos vies privées que dans nos vies professionnelles. Nous confions de plus en plus de tâches aux intelligences artificielles et celles-ci, de jour en jour, récoltent nos informations personnelles. La question qui brûle les lèvres d’Elon Musk est : qu’adviendrait-il si de telles machines autonomes et intelligentes étaient utilisées pour la guerre ?

La fin de l’humanité ?

Bien que la question en effraie plus d’un, la réponse en est d’autant plus troublante : cela signerait la fin de l’humanité. C’est d’ailleurs le cauchemar d’Elon Musk : le règne dictatorial des intelligences artificielles sur la race humaine. Le pire dans l’histoire c’est que certains pays fabriquent déjà de telles armes en prévision d’une troisième guerre mondiale.

Inquiétant, d’autant plus que les IA sont, en principe, immortelles.

C’est pourquoi Elon Musk fait appel à la raison des gouvernements et appelle ainsi à faire interdire la production, l’utilisation et la propagation de telles armes. Dans le documentaire, de nombreux dirigeants d’entreprises conceptrices d’intelligence artificielle témoignent de l’ampleur et de la dangerosité de l’utilisation des IA et de la dépendance naissante des êtres humains envers cette technologie.

Ce point de vue d’Elon Musk, le dirigeant de Facebook, Mark Zuckerberg, ne le partage pas. Selon ce dernier, les prévisions du dirigeant de Tesla sont irresponsables et l’avenir offert par l’intelligence artificielle aux humains ne peut qu’être rayonnant.

D’après Cédric Villani, mathématicien de renommée mondiale, « Les risques liés à l’intelligence artificielle sont les mêmes qu’avec n’importe quelle nouvelle technologie »

Chargé d’une mission sur l’intelligence artificielle, le mathématicien voit deux risques liés à cette technologie : les conséquences sur l’emploi et une utilisation humaine malveillante.

Interview

Récompensé de la médaille Fields en 2010, l’équivalent du prix Nobel en mathématiques, le mathématicien et député LREM Cédric Villani a été choisi par Edouard Philippe pour remplir une mission sur l’intelligence artificielle. Invité dimanche dans l’émission Il n’y a pas qu’une vie dans la vie, il ne s’est pas départi de la tenue qui le caractérise depuis 25 ans  – chemise à jabot, broche araignée et montre à gousset – mais a démythifié l’image de science-fiction qui va souvent de pair avec l’intelligence artificielle (IA).

Faire confiance à l’Humanité

Dans l’imaginaire collectif, à tort ou à raison, l’intelligence artificielle fait peur, notamment quand on envisage qu’elle pourrait prendre le contrôle sur l’humain. Mais Cédric Villani n’est pas de cet avis. « La question est de bien garder en tête qui doit être au service de qui : la technologie et l’intelligence artificielle au service de l’Humanité et pas le contraire. Dans les peurs, il y en a qui relèvent de la science-fiction mais qui, pour l’instant, n’ont pas lieu d’être », juge-t-il.

« Avant qu’une intelligence artificielle décide de prendre le contrôle de l’Humanité, il va s’écouler des siècles sans doute… si ça arrive un jour », nuance-t-il. « Personne n’en sait rien et on peut faire confiance à l’Humanité pour avoir, avant que ça se passe, réfléchi à la façon d’empêcher que ça puisse se faire. » D’ailleurs, pour l’heure, souligne le spécialiste, « on demande à l’IA des choses ciblées. On ne devrait même pas appeler ça intelligence, c’est de l’algorithmie sophistiquée. »

Le risque humain

Pour le mathématicien, « les risques liés à l’intelligence artificielle sont les mêmes qu’avec n’importe quelle nouvelle technologie : disparition d’emplois, une crise sociale à cause de la robotisation. » Un phénomène déjà vu à de plusieurs reprises au cours de l’Histoire. « Il y a aussi le risque d’humains malveillants ou maladroits, utilisant ses outils avec des conséquences ne correspondant pas au bien public. Toute nouvelle technologie vient avec des nouveaux pouvoirs. En soi, elle n’est ni bonne ni mauvaise. C’est le rôle de la société d’interdire les bonnes et de permettre les mauvaises. »

Avant qu’une intelligence artificielle décide de prendre le contrôle de l’Humanité, il va s’écouler des siècles sans doute… si ça arrive un jour
Le cas des Gafa

En se penchant sur les Gafa, (les géants du web Google, Apple, Facebook, Amazon), ce qui ressemble pour lui le plus à un scénario de fragilité, « ce n’est pas tant Google que Facebook, animant un réseau social phénoménalement développé et avec une conscience politique claire de Mark Zuckerberg (le fondateur du réseau social, ndlr). C’est un débat outre-Atlantique pour savoir si cela serait une chose bonne ou catastrophique qu’il devienne président des Etats-Unis avec une collusion possible entre sphères économique, politique et médiatique qui serait unique en son genre. »

Cédric Villani assure que Facebook serait en mesure « d’influer sur une élection en filtrant les messages ou en donnant à voir les messages qui conviennent en fonction de leurs orientations politiques. Il y a là une fragilité de notre société et de la démocratie avec autant de pouvoir effectif concentré dans quelques opérateurs. »

Investissements. Du côté des investissements sur le sujet, l’Europe est d’ailleurs en retard, assure-t-il face à des « investissements phénoménaux » américain et chinois. « Les investissements à faire pour l’Europe pour se mettre à niveau doivent se compter en dizaines de milliards. Le milliard d’euros mis sur la table par la commission européenne pour une infrastructure de super-calcul, c’est un petit pas. »

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V 

Publicités