« InSight est en route vers Mars »

L’atterrisseur InSight a décollé ce 5 mai 2018 à 13h05 (heure de Paris) vers la planète Mars pour aller sonder son sous-sol.

Première phase du lancement réussie. Le lanceur Atlas a décollé, largué on premier étage, puis procédé à une première poussée avant d’être éteint. Le moteur du second étage a été rallumé avec succès. S’en est suivi la séparation avec InSight puis la libération des premiers nanosats embarqués pour ce lancement.

Avec quasiment deux ans de retard, la mission InSight (Interior Exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) est désormais sur les rails et le module martien a été lancé ce samedi 5 mai 2018 à 13h05 (heure de Paris). L’engin est en fait une station géophysique fixe qui déploiera deux instruments principaux et qui convoiera aussi avec lui deux micropuces sur lesquelles seront gravées les noms de centaines de milliers de personnes qui se sont inscrites sur le site de la NASA l’année dernière.

InSight a été conçue pour étudier le sous-sol de Mars, durant une année martienne soit deux ans sur Terre, à l’aide de deux instruments principaux conçus en Europe : le sismomètre à large bande SEIS et le thermomètre HP3 dont la sonde descendra jusqu’à 5 mètres de profondeur pour mesurer le flux de chaleur qui s’échappe de la planète. C’est une défaillance du conteneur destiné à maintenir le vide dans lequel se trouve le sismomètre, conçu et fabriqué par l’Agence spatiale française, qui avait entrainé le report du lancement en 2016.

Paré au décollage

La sonde InSight a décollé sans encombre depuis la base aérienne de Vandenberg en Californie, dans le brouillard, à bord d’une fusée Atlas V en direction de la planète rouge. L’engin arrivera à destination en novembre 2018. InSight est une mission nettement plus modeste que celle du rover Curiosity, elle fait partie de la catégorie des projets à coûts modérés de la Nasa. Pour concevoir cet atterrisseur la Nasa a recyclé le savoir-faire de la mission Phoenix qui s’est posée sur Mars en 2008.

L’animation ci-dessus montre le déploiement des instruments par le bras robotisé d’InSight, d’abord le sismomètre SEIS, sa protection puis le thermomètre HP3Crédit : Nasa.

Grâce à InSight, les scientifiques espèrent pouvoir enfin déterminer si le noyau de Mars est solide ou liquide et comprendre pourquoi elle n’a pas une tectonique active comme sur Terre ou encore comment la planète a perdu son champ magnétique. La dernière tentative de répondre à ces questions remonte à 1975 lorsque la sonde américaine Viking avait réussi à placer deux sismomètres à la surface de la planète rouge mais les deux instruments n’ont pas parfaitement fonctionné.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V

Publicités