« Les Exolunes sont-elle des terres habitables ? »

Parmi les exoplanètes, il semble raisonnable de penser que des exolunes doivent exister autour des géantes gazeuses. Le satellite Kepler a découvert 121 géantes dans la zone, potentiellement habitables. Ce sont des cibles à étudier de plus près car, si elles ont des exolunes, elles pourraient être habitables.

Cela fait déjà plus de 20 ans que l’on a découvert la première exoplanète en orbite autour d’une étoile sur la séquence principale. Plus de 3.780 sont connues en ce mois de juin 2018. Plusieurs sont des géantes gazeuses. Et même si leur découverte nous a conduit à prendre très au sérieux l’importance des migrations planétaires dans la formation des systèmes planétaires, qui se sont révélés plus divers qu’on ne le pensait, les grandes lignes de la naissance des exoplanètes, que l’on pouvait déduire des travaux sur l’origine du Système solaire, semblent confortées par les études de ces systèmes.

Ainsi, on a de bonnes raisons de penser que ces géantes gazeuses devraient avoir des exolunes. Après tout, de la Terre à Pluton, on connaît environ 175 lunes dans le Système solaire et aussi bien Jupiter que Saturne en possèdent un joli nombre. Les exobiologistes ont des raisons grandissantes de s’intéresser à ces exolunes. On pourrait penser que c’est en raison des espoirs qu’ont fait naître Europe et Encelade, quand on a découvert qu’elles possédaient des océans d’eau liquide sous des banquises, d’où s’échappent parfois des geysers. Si la vie existe dans ces océans, on peut penser qu’elle existe aussi dans les océans que possèdent, peut-être, des cousines lointaines de ces lunes de Jupiter et Saturne.

Des exolunes dans la zone d’habitabilité ?

Mais la réalité pourrait être plus extraordinaire et rejoindre en partie du moins la fiction qu’est l’exolune habitée Pandora dans le film Avatar de James Cameron. Une équipe internationale d’astronomes vient de déposer sur arXiv un article dans lequel ils annoncent que les données collectées depuis des années avec le satellite Kepler ont permis d’identifier 121 géantes gazeuses bien particulières. Elles sont en effet dans la zone d’habitabilité de leurs étoiles hôtes, des soleils de type G, K et M.

Le Système solaire est un laboratoire pour étudier la formation des planètes géantes et l’origine de la Vie que l’on peut utiliser conjointement avec le reste de l’Univers, observable dans le même but. MOJO : Modeling the Origin of JOvian planets, c’est-à-dire modélisation de l’origine des planètes joviennes, est un projet de recherche qui a donné lieu à une série de vidéos présentant la théorie de l’origine du Système solaire et en particulier des géantes gazeuses par deux spécialistes réputés, Alessandro Morbidelli et Sean Raymond. Pour obtenir une traduction en français assez fidèle, cliquez sur le rectangle blanc en bas à droite. Les sous-titres en anglais devraient alors apparaître. Cliquez ensuite sur l’écrou à droite du rectangle, puis sur « Sous-titres » et enfin sur « Traduire automatiquement ». Choisissez « Français ». 

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V

Publicités