« Etudier les extraterrestres pour mieux comprendre les risques du réchauffement climatique de notre Terre »

Dernièrement, un groupe de scientifiques constitué d’astronomes, d’un biologiste et d’un écologiste urbain s’est intéressé à l’étude des histoires possibles des planètes extraterrestres. En tentant de spéculer sur les extraterrestres, ils ont abouti à des résultats alarmants concernant le changement climatique.

L’univers est un monde immense où s’entremêlent des galaxies, des comètes, des trous noirs ou même des étoiles à neutron. D’après les experts, le cosmos compte approximativement plus de dix milliards de milliards de planètes. Il est donc fort probable que des civilisations plus ou moins semblables à la nôtre aient existé ou existent encore quelque part. Les scientifiques sont actuellement en train de chercher des exoplanètes dans l’espoir de trouver les traces d’une exocivilisation.

Dernièrement, un groupe de scientifiques constitué d’astronomes, d’un biologiste et d’un écologiste urbain s’est intéressé à l’étude des histoires possibles des planètes extraterrestres. En tentant de spéculer sur les extraterrestres, ils ont abouti à des résultats alarmants concernant le changement climatique.

L’équipe de chercheurs a récemment conçu des modèles qui simulent une série d’interactions entre les civilisations énergivores et leurs planètes.

La science des exocivilisations

L’hypothèse posée par les chercheurs est que chaque exocivilisation qui a évolué à partir de la biosphère de sa planète a une histoire. Cette dernière comprend généralement trois étapes : l’émergence, la croissance des capacités et un lent déclin ou un effondrement rapide.

Afin d’initier la science des exocivilisations, l’équipe a utilisé les données que la science a pu apporter jusqu’à aujourd’hui sur la physique générique et la chimie du climat. Ils ont aussi pris en compte les lois de la biologie et de la sociologie. Ils ont également considéré les produits de l’imagination humaine par la science-fiction. Enfin, à cette science naissante, ils ont apporté les principes de la biologie des populations. Il s’agit d’une nouvelle branche qui permet de décrire et de prédire l’évolution d’une population animale dans un milieu donné.

Pour se développer, la civilisation consomme les ressources énergétiques que la planète lui fournit. Ses capacités à croître et à se multiplier dépendront du type d’énergies (à fort impact ou à faible impact) qu’elle consomme. Dans le cas de l’humanité, l’énergie fossile est considérée comme à fort impact et l’énergie solaire est à faible impact. Dans tous les cas, l’utilisation de toute l’énergie, qui n’est pas illimitée, entraîne un retour sur la planète.

Des résultats alarmants

Les scientifiques ont abouti à des résultats qu’ils ont classés en trois catégories. Le premier, le plus commun, est ce qu’ils appellent « la mort meurtrière ». Avant d’atteindre une relation stable avec sa planète, la civilisation qui avait consommé excessivement l’énergie disponible a dû subir des pertes désastreuses (environ 70% de la population ont péri). Les chercheurs estiment que même un niveau technologique avancé ne pourrait pas empêcher le processus.

Le deuxième type de trajectoire est l’« atterrissage en douceur ». Dans ce scénario, certainement le meilleur, la population a augmenté et la planète s’est adaptée. Ensemble, elles ont su faire une transition en douceur vers un nouvel équilibre.

La troisième possibilité est « l’effondrement complet ». Ici, le fait que la population ait limité les ressources qu’elle consomme n’a pas pu retarder son anéantissement. Les chercheurs ont expliqué que leurs équations ont pris en compte la complexité du monde réel, et donc l’hostilité ou l’hypersensibilité de la planète elle-même.

Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités