« Votre dentifrice est-il mauvais pour la santé ? »

Les magazines 60 millions de consommateurs et L’UFC-Que Choisir  révèlent la présence de substances toxiques dans plusieurs marques connues de dentifrices. Découvrez quels sont ces produits dangereux.

L’étude de 60 millions de consommateurs

Vous l’utilisez trois fois par jour, et avez forcément votre préférence au moment de l’acheter. Mais êtes-vous sûr de choisir le bon ? Le magazine 60 millions de consommateurs* alerte sur les substances, parfois « peu recommandables », présentes dans plusieurs dentifrices. Certains d’entre eux contiennent en effet un perturbateur endocrinien et des tensioactifs dangereux pour la santé.

Perturbateurs endocriniens, substances cancérogènes, irritantes et polluantes

Le magazine épingle ainsi 3 marques de dentifrices à bannir de vos salles de bain : Colgate Max Fresh, Colgate Total original et Fluoryl.
– Le Colgate Max Fresh aux microbilles de bain de bouche contient la substance irritante sodium lauryl sulfate, « un tensioactif [qui] permet de produire de la mousse au moment du brossage » mais qui « favorise l’apparition d’aphtes ». Il affiche également parmi la liste de ses ingrédients du sodium saccharin, « un composant chimique utilisé pour donner un goût sucré à la pâte, ce qui n’est pas très heureux dans une société envahie par les sucres », déplore le magazine.
– Le Colgate Total original est un « carton rouge (écarlate) » selon 60 millions de consommateurs, car il contient du triclosan, une substance antibactérienne « soupçonnée d’être à la fois cancérogène et perturbateur endocrinien ». Le triclosan est « susceptible d’augmenter les risques de stérilité » et « jouerait aussi un rôle sur la fonction du muscle cardiaque », rappelle le magazine. « Et, pour ne rien arranger, le dentifrice intègre aussi du sodium lauryl sulfate, irritant, et des polymères, polluants. »
– Le Fluoryl, recommandé aux personnes souffrant de ginginvite chronique, contient du chlorhexidine digluconate et du sodium lauryl sulfate, susceptible de créer des irritations et de déclencher des aphtes.

L’étude de L’UFC-Que Choisir

12 dentifrices de grande marque et de marque de distribution présenteraient des substances toxiques.

Pour éviter ces substances peu recommandables, le magazine L’UFC-Que Choisir fournit quelques conseils simples. Avant d’acheter votre dentifrice, vérifiez qu’il ne contient pas de « nanos » (ou nanoparticules), des composés potentiellement cancérogènes et si petits qu’ils peuvent passer dans le sang. Ecartez aussi ceux qui contiennent du triclosan et du sodium lauryl sulfate. Enfin, bannissez ceux qui affichent dans leur composition des copolymères ou des polyéthylènes : non seulement ces plastiques peuvent se loger dans les espaces entre les gencives et les dents et favoriser l’infiltration de mauvaises bactéries, mais ils constituent aussi un véritable « fléau pour la nature ». Parmi les 12 dentifrices passés au banc d’essai, les meilleurs élèves sont ainsi le dentifrice au fluor de la marque Biosecure, le dentifrice Elmex sensitive au fluorure d’amines Olafluor, Oral B Pro-Expert Protection Professionnelle avec bouclier antisucre, Vademecum bio protection complète et la pâte dentifrice au calendula de la marque Weleda.

Pour mener cette étude, l’UFC-Que Choisir a rapproché les observations de la littérature scientifique des listes d’ingrédients communiqués sur les packaging des produits. L’association a sélectionné au total 185 produits de soins et de cosmétiques vendus en grande surface en décembre 2015 et janvier 2016. Cette sélection regroupe des produits du quotidien utilisés aussi bien par les adultes que par les enfants. Hier, UFC-Que Choisir a décidé de rendre public, les produits présentant des risques pour la santé.

Ainsi, 12 dentifrices ont été épinglés car ils contiennent du Sodium Lauryl Sulfate, du Sodium Propylparaben et même du Triclosan.

  • Le Sodium Lauryl Sulfate est le détergent le plus utilisé dans le dentifrice. Il serait utilisé pour donner le côté épaississant et moussant aux pâtes à dentifrice. Cet agent moussant favorise la desquamation épithéliale. Des études cliniques auraient démontré que cette substance provoquerait plus de récidives d’aphtes chez les personnes prédisposées.
  • Le Sodium Propylparaben est un conservateur inhibant le développement des micro-organismes dans les produits cosmétiques. Le Sodium Propylparaben est considéré comme un perturbateur endocrinien.
  • Le Triclosan est un agent antifongique et antibactérien à large spectre. Le triclosan fait partie des perturbateurs endocriniens. De plus, il se dégrade en composés toxiques, cancérigènes, bioaccumulables et persistants.

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Sources Sources

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités