« Incroyable sauvetage en Thaïlande »

Les douze adolescents thaïlandais et leur entraîneur de 25 ans sont sauvés ! Ce mardi 10 juillet, les cinq derniers rescapés ont été sortis de la grotte de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande, dans laquelle ils étaient prisonniers depuis le 23 juin. Un incroyable sauvetage malheureusement endeuillé par la mort d’un des secouristes, vendredi dernier.

Depuis 17 jours, la Thaïlande et une bonne partie de la planète avaient les yeux braqués sur la grotte de Tham Luang. Ces trois derniers jours, les sauveteurs sont parvenus à un exploit : sortir les treize jeunes Thaïlandais qui s’étaient retrouvés coincés dans les profondeurs d’une cavité, inondée par les eaux de pluie de la mousson.
 
Tout a commencé le samedi 23 juin. Ce soir-là, la mère d’un des garçons donne l’alerte. Son fils, membre de l’équipe de football Les Sangliers sauvages n’est pas rentré après son entraînement. Des vélos, des sacs et des chaussures appartenant aux adolescents, âgés de 11 à 16 ans, sont retrouvés à l’entrée de la grotte de Tham Luang, dans le nord de la Thaïlande. Très vite, les autorités comprennent que les douze jeunes et leur entraîneur se sont enfoncés dans le réseau de cavités et qu’ils sont restés bloqués à l’intérieur à cause de la montée des eaux liée aux fortes pluies.
Qu’allaient-ils faire dans cette galère ?
Mais pourquoi donc sont-ils allés dans ce dédale souterrain ? D’après les autorités, les enfants connaissaient bien les lieux pour s’y être déjà rendus. Le média Thaï PBS assure que le coach de l’équipe, Ekapol « Aek » Chanthawong, avait déjà fait visiter la grotte aux joueurs deux ans auparavant.
 
Le plongeur belge Ben Reymenants, interrogé par la chaîne de télévision britannique SkyNews, explique qu’il pourrait s’agir d’un rite initiatique. Selon lui, les garçons seraient rentrés dans la grotte pour aller inscrire leurs noms sur les parois les plus profondes de la caverne. Mais l’information n’a pas été confirmée. A l’entrée de la grotte, un panneau prévient justement les visiteurs de ne pas y entrer durant la saison des pluies, entre juillet et novembre.
L’eau atteint cinq mètres par endroits
Même s’il est mal cartographié, le système de grottes qui s’étend sur plus de 10 km sous la montagne de Nang Non à la frontière avec le Myanmar, est connu dans la région. On pense très vite que les enfants et leur coach se sont peut-être réfugiés dans une « chambre » surnommée Pattaya Beach, du nom de la célèbre destination balnéaire au sud de Bangkok.
Les recherches démarrent rapidement
Le temps est compté car la mousson risque de rendre la grotte de moins en moins accessible. Le mardi 26 juin, l’eau atteint par endroits cinq mètres de haut, malgré la mise en place de pompes. Des moines bouddhistes sont dépêchés sur place pour prier en faveur d’un dénouement heureux.
 
Dimanche 1er juillet, une semaine après la disparition des enfants, les secours profitent d’une accalmie pour établir une base opérationnelle avancée, à trois kilomètres de l’entrée. Sur leur passage, ils ont installé des bouteilles d’oxygène et des éclairages. Ce poste avancé doit servir à fournir aux disparus les premiers soins et des vivres quand ils seront retrouvés. Des traces de pas dans les boyaux de la grotte ont été découverts et confirment le passage des enfants.
Des retrouvailles émouvantes
« Nous nous battons contre le temps et l’eau pour sauver ces 13 vies, assure alors le gouverneur Narongsak Osottanakorn. Le tunnel est rempli de boue, les plongeurs doivent l’évacuer ».
 
Des plongeurs venus d’Australie, de Grande-Bretagne, du Japon, de Chine, ainsi qu’une trentaine de soldats américains, sont arrivés pour prêter main-forte au millier de secouristes thaïlandais mobilisés. A l’extérieur, certains tentent d’explorer d’autres voies, par des cheminées surplombant la cavité.
 
Lundi 2 juillet, neuf jours après leur disparition, les enfants et leur entraîneur sont enfin découverts vivants. « Pattaya Beach était inondée mais nous les avons retrouvés 300 à 400 mètres plus loin », précise alors le gouverneur de la région. Les premières images de leur rencontre avec les sauveteurs sont extrêmement émouvantes :
 
Assis sur un étroit promontoire, les jeunes Thaïlandais éclairés par les lampes des plongeurs sont amaigris, mais paraissent calmes. Ils précisent qu’ils sont treize, demandent s’ils vont sortir aujourd’hui, puis interrogent les sauveteurs pour savoir quel jour on est. A l’extérieur, les familles et les amis laissent exploser leur joie. Pourtant, même s’ils sont vivants, ils sont encore loin d’être sortis d’affaire…
 
Pour parcourir la distance entre l’entrée de la grotte et l’endroit où ils sont réfugiés, il faut pas moins de cinq heures. Cinq heures à patauger dans la boue et à plonger dans une eau brouillée où la visibilité est inférieure à 20 cm. Un passage inquiète tout particulièrement les sauveteurs. Un étroit boyau qui descend, totalement immergé et qui ne peut être traversé qu’en se contorsionnant.
Un sauveteur y laisse la vie
Durant la semaine qui suit, la cellule de crise réfléchit au meilleur moyen d’évacuer les jeunes, dont certains ne savent pas nager. Ils n’ont aucune expérience de la plongée. De son côté, le milliardaire américain Elon Musk, ému par l’incroyable aventure, lance ses équipes sur la fabrication d’un mini-sous-marin capable de transporter un enfant.
Une lettre d’excuse de l’entraîneur
Le lendemain, une lettre d’excuse du jeune entraîneur est rendue publique. Il y demande pardon à tous les parents des jeunes dont il a mis la vie en danger. Une enquête de police a été ouverte le 3 juillet.
 
Durant le week-end, les autorités craignent le retour des pluies diluviennes. Dimanche, une première phase d’extraction est enclenchée pour quatre enfants. Chacun est équipé de plusieurs combinaisons de plongée pour limiter la perte de chaleur corporelle. Ils portent des masques faciaux où les lunettes de vision sont solidaires avec l’embout par lequel ils respirent. Leur bouteille est portée par l’un des deux plongeurs qui les accompagnent. Tous cheminent en suivant le « fil d’Ariane », une corde qui court tout le long du passage. Le premier jour de sauvetage est un succès.
Batterie d’examens et quarantaine
Quatre enfants sont extraits de la même manière lundi 9 juillet. Puis, les quatre derniers et leur entraîneur ce mardi 10 juillet.
 
Tous ont été conduits à l’hôpital de Chiang Rai où ils passent en ce moment une batterie d’examens (radio, prises de sang…). Dans les huit premiers secourus, deux présentent des difficultés pulmonaires. En raison de leur système immunitaire fortement affaibli, tous sont maintenus en quarantaine. Ils ne peuvent pas approcher leur famille immédiatement.
 
Certains parents ont toutefois pu voir leurs enfants à travers une vitre. D’après les personnels médicaux, ils ne sortiront pas avant au moins une semaine. Et ne pourront donc évidemment pas honorer l’invitation à la finale de la Coupe du Monde qui leur a été faite par la Fifa. Ils se consoleront toutefois en la regardant derrière leur poste de télévision.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités