« Deux astéroïdes s’approchent de la Terre »

Rassurez-vous, ces deux astéroïdes, classé tout de même dans la catégorie des objets potentiellement dangereux, resteront à bonne distance de notre planète lors de leur passage.

Aussi gros que la pyramide de Khéops, la NASA estime sa taille entre 70 et 160 mètres, l’astéroïde 2016 NF23 ne présentera aucun danger pour la Terre lors de son plus proche passage, prévu ce mercredi 29 août 2018 à 05h38 (heure de Paris). Il restera en effet très loin de notre planète, à plus de cinq millions de kilomètres soit à quelque treize fois la distance Terre-Lune (LD). Malgré cette confortable marge de sécurité, 2016 NF23 reste classé dans la catégorie des objets potentiellement dangereux (abrégé par PHO – Potentially Hazardous Object en anglais).

Un autre astéroïde sera proche de la Terre mercredi, presqu’au même moment, il s’agit de 1998 SD9, un astéroïde bien connu qui passera à 4,2 fois la distance Terre-Lune. Il est plus petit et mesure entre 38 et 86 mètres. Avec cette taille, il n’entre pas dans la catégorie des PHO même s’il provoquerait de gros dégâts s’il percutait un jour la Terre comme l’on peut s’en rendre compte dans notre infographie qui simule l’impact d’un astéroïde de 50 mètres de diamètre.

1700 astéroïdes de plus de 140 mètres de diamètre

Les astéroïdes qui mesurent plus de 140 mètres de diamètre et dont la trajectoire les amènent à moins de 19,5 LD sont particulièrement surveillés par les astronomes. Si l’un d’eux venait percuter la Terre les conséquences seraient en effet catastrophiques. Environ 1700 objets rentrent dans cette catégorie et sont suivis avec attention sur les plus de 18 000 astéroïdes identifiés à ce jour.

Les astéroïdes connus dans le système solaire avec en bleu ceux qui son proches de la Terre. Crédit : Nasa/JPL

Aucun ne présente de danger pour l’avenir proche mais impossible de prévoir leur comportement dans 1000 ou 10.000 ans. Immanquablement l’un d’entre eux se retrouvera sur une trajectoire d’impact avec la Terre. Pour ne pas connaître le sort des dinosaures, l’humanité commence à mettre en place une défense planétaire qui outre la surveillance vise à détourner les astéroïdes menaçants.

Il y a trois techniques principales pour dévier les astéroïdes. La première consiste à lancer une ogive nucléaire dans l’espace et à la faire exploser près de l’astéroïde afin que l’énergie dégagée le dévie. Mais elle n’est valable que pour les astéroïdes très gros et aucune mission n’est actuellement envisagée pour la tester. La deuxième méthode est celle du tracteur gravitationnel, valable pour les astéroïdes de petite taille, et pour lesquels on dispose de beaucoup de temps pour agir. Elle consiste à envoyer un assemblage assez massif de satellites artificiels près de l’astéroïde. La force de gravitation qui s’exercera permettra de modifier petit à petit l’orbite de l’astéroïde. Là non plus, il n’y a pas de projets pour évaluer cette méthode qui soit en cours.

La mission DART consitera à dévier la petite lune de l’astéroïde Dydimos. Crédit : JHU Applied Physics Laboratory

Enfin, la troisième technique est celle de l’impacteur cinétique : elle consiste à percuter de plein fouet le corps céleste avec une grosse fusée ou un satellite. C’est cette option qu’a choisie la Nasa pour se première tentative de détourner de son orbite un corps céleste. C’est la mission DART qui doit décoller en 2020 pour frapper la petite lune de l’astéroïde Dydimos en 2022.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités