« Un nuage de poussière serait-il en orbite autour de la Terre ? »

En 1961, un astronome polonais du nom de Kazimierz Kordylewski avait avancé l’hypothèse de l’existence de nuages de poussière en orbite autour de la Terre. Il pensait que ces particules très légères se situent dans une zone de stabilité gravitationnelle, autour des points de Lagrange L4 et L5. Toutefois, à son époque, les outils technologiques nécessaires à la vérification de sa théorie n’existaient pas encore.

Une équipe de chercheurs de l’Université Eötvös Loránd, en Hongrie, a rebondi récemment sur le sujet. Suite une étude, qui s’est déroulée en deux temps, les scientifiques pensent pouvoir être à même de démontrer la présence de ces satellites inhabituels et constants dans le ciel.

Les chercheurs ont simulé la formation possible des nuages de Kordylewski (KDC) avant d’essayer de les photographier.

Les auteurs ont souligné avoir repéré ce qui semblerait être un nuage de poussière à environ deux cent cinquante mille à quatre cent mille kilomètres de la Terre, autour du Point de Lagrange L5.

Deux des objets les plus difficiles à trouver

« Les nuages de Kordylewski sont deux des objets les plus difficiles à trouver. Bien qu’ils soient aussi proches de la Terre que de la Lune, ils sont largement ignorés par les chercheurs en astronomie », a souligné l’astronome Judit Slíz-Balogh, principal auteur de l’étude.

« Il est intrigant de confirmer que notre planète a des pseudo-satellites poussiéreux en orbite aux côtés de notre voisin lunaire. »

« Selon nos simulations informatiques, le KDC a une forme en constante évolution, pulsation et tourbillonnement. En outre, la probabilité que les particules de poussière soient piégées est aléatoire en raison de l’arrivée occasionnelle de particules et de leurs vecteurs de vitesse accidentels », ont écrit les chercheurs. « Par conséquent, la structure et la densité de particules du KDC ne sont pas constantes. »

Une théorie controversée

« Comme ce nuage de poussière est éclairé par la lumière directe du soleil, la faible lumière dispersée par les particules de poussière peut être observée et photographiée à la surface de la Terre avec des détecteurs appropriés, sensibles à la radiance », expliquent les auteurs. « Nous concluons que pour la première fois, nous avons observé et enregistré de manière polarimétrique le KDC autour du point de Lagrange L5 de la Terre et de la Lune. »

« De nombreux astronomes supposent que ces nuages de poussière n’existent pas, parce que la perturbation gravitationnelle du soleil, du vent solaire, et d’autres planètes peuvent perturber l’effet stabilisant de la L4 et L5 Lagrange points de la Terre et de la lune, » ont noté les scientifiques dans un second document publié dans le la revue mensuelle Notices of the Royal Astronomical Society.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.

« Un petit clic sur la publicité ci-dessous ne vous engagera en rien mais contribuera à la bonne continuation d’Ovnis Videos. La publicité peut ou ne pas apparaître suivant votre type de navigateur et de bloqueur de publicité utilisé. Merci de votre fidélité à O.V »

Publicités