Sous le sapin, les objets connectés sont de plus en plus nombreux. La CNIL alerte depuis plusieurs mois sur les dangers d’une mauvaise configuration des appareils. Et le ministre de l’intérieur a tweeté ce mardi pour rappeler les conseils en cybersécurité. Voici quelques recommandations pour éviter que ces cadeaux ne se transforment en cauchemar.

Robots, montres, bracelets… Si vous avez reçu un objet connecté à Noël, prenez garde ! Chaque année, plusieurs millions d’euros sont détournés via le piratage de ces objets par des organisations criminelles qui sont aujourd’hui suivies de près, au même titre que le grand banditisme, les trafics de stupéfiants ou les vols de voiture.

Un message qui renvoie aux conseils de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés) en la matière. Celle-ci, comme l’explique le reportage en tête de cet article, préconise notamment « a minima » de vérifier que cet « objet ne permet pas à n’importe qui de s’y connecter, par exemple en vérifiant que son appairage avec un smartphone ou depuis Internet nécessite un bouton d’accès physique au jouet ou l’usage d’un mot de passe ». Elle recommande aussi, si cet objet est associé à des réseaux sociaux, de désactiver le partage automatique des données personnelles. 

La Cnil avertit par ailleurs, dans le cas où l’ouverture d’un compte en ligne est nécessaire pour utiliser cet objet, qu’il est bon de protéger sa vie privée en s’inscrivant sous un pseudonyme, et de choisir un mot de passe compliqué. Un conseil de bon sens également : éteindre totalement cet objet quand on ne l’utilise pas pour éviter qu’il ne capte des conversations ou des données sensibles.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.
Publicités