« Mission Chang’e 4: tous les voyants sont au vert pour cette première mondiale »

L’alunissage du rover chinois de la mission Chang’e 4, sur la face cachée de la Lune, devrait avoir lieu dès le 3 janvier. Les essais de communication et de transfert de données entre le satellite Queqiao, la sonde Chang’e 4 et la Terre se sont déroulés comme attendu. Tous les voyants sont au vert pour cette première mondiale.

Depuis le 13 décembre, la sonde chinoise Chang’e 4 tourne autour de la Lune. Bien que les responsables de la mission n’aient officiellement pas annoncé quand atterrirait le rover, la plupart des experts s’attendent à ce qu’il ait lieu pendant les premiers jours du mois de janvier, peut-être dès le 3 janvier.

Cette date correspond au début d’une période de 14 jours pendant laquelle la région du site d’atterrissage sera constamment illuminée par le Soleil. Cet ensoleillement permanent doit permettre aux panneaux solaires du rover de fonctionner dès leur déploiement et aux batteries de se recharger également dès la mise en route de ce dernier.

Une région lunaire à découvrir

Le site d’atterrissage se situe au niveau du bassin Aitken, situé au pôle sud. Il s’agit d’un ancien cratère d’impact d’une largeur de 2.500 kilomètres et d’une profondeur de 12 kilomètres. À l’intérieur de cette zone, le cratère formé ultérieurement, nommé Von Kármán, d’un diamètre de 186 kilomètres devrait être la cible de l’atterrisseur. Cette région de la Lune présente un grand intérêt car elle pourrait contenir des matériaux exposés provenant du manteau supérieur de la Lune. Malgré la proximité de la Lune à la Terre, sa face cachée est très peu connue des scientifiques et tous en attendent d’intéressantes découvertes. Si l’on devait faire une analogie avec la Terre, la mission chinoise consiste à débarquer sur un nouveau continent d’une planète connue.

Pour assurer les télécommunications entre le rover, sa station d’atterrissage et la Terre, la Chine utilisera le satellite de relais Queqiao. Lancé en mai 2018, il se trouve aujourd’hui en orbite autour du deuxième point de Lagrange (L2) du système Terre-Lune situé à environ 455.000 kilomètres de notre Planète, ce qui lui permet de voir la Terre et la face cachée de la Lune.

Notez que la sonde Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA devrait être en mesure d’identifier la station d’atterrissage, voire observer les traces du rover, sinon lui-même.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.
Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.