« Elon Musk annonce le début des essais en vol d’un prototype du Starship »

Le prototype du Starship s’apprête à réaliser des essais statiques et de petits vols à faibles hauteurs. Ce prototype, qui avait été dévoilé en décembre, n’est évidemment pas conçu pour voler dans l’espace. Au mieux, il pourra réaliser des vols jusqu’à des altitudes suborbitales. Avec ces premiers essais qui ne seront guère impressionnants, les rêves lunaires et martiens d’Elon Musk, de moins en moins utopiques, commencent aussi à se matérialiser.

SpaceX, qui souhaite envoyer autour de la Lune, en 2023, le Japonais Y. Maezawa et sa bande d’amis à bord du Starship, et réaliser ses premières missions habitées à destination de Mars dès le milieu de la décennie prochaine, s’apprête à réaliser le premier test d’un prototype de ce futur véhicule spatial. Anciennement appelé « Big Falcon Rocket », Starship est le futur système de transport spatial à tout faire de SpaceX. Dès sa mise en service, il remplacera, dans des délais très courts, l’ensemble de la gamme actuelle de lanceurs et de système de transport de fret et habité de SpaceX.

Ce premier test Hopper sera réalisé depuis le site de lancement de Boca Chica au Texas, près de la frontière entre les États-Unis et le Mexique (SpaceX South Texas Launch Site). Ce test s’inscrit dans une série d’essais de petits décollages et atterrissages verticaux de plus en plus hauts. Pour l’heure, il s’agit seulement d’au moins un tir statique, suivi de vols à très faibles altitudes de quelques mètres. Cependant, SpaceX a une autorisation pour tester son engin jusqu’à moins de 4,5 kilomètres. Le porte-parole de SpaceX, James Gleeson, a confirmé dans un communiqué que SpaceX « procédera à des vérifications des systèmes au sol nouvellement installés et effectuera un court essai de tir statique dans les prochains jours. Bien que le prototype soit conçu pour effectuer des vols suborbitaux ou des sauts, l’étage sera attaché au sol lors des tests initiaux et les sauts ne seront pas visibles depuis l’extérieur du site de Boca Chica ».

À nouveau lanceur, nouveau moteur

Cette première série d’essais a, notamment, pour but de tester en l’air le nouveau moteur Raptor. Exit donc le moteur Merlin qui a fait les beaux jours du Falcon 9. Comme le Merlin, Raptor sera réutilisable mais fonctionnera avec un mélange d’ergols différent. Il utilisera de l’oxygène et du méthane liquide alors que Merlin utilise du kérosène et de l’oxygène liquide. Le Raptor sera aussi beaucoup plus puissant, générant une poussée de 1.900 kN contre 934 kN pour le Merlin.

Si, dans sa version opérationnelle Starship utilisera 7 moteurs Raptors et 31 pour l’étage principal, Super Heavy, le prototype fonctionnera avec seulement un moteur pour ses petits sauts et trois lors des vols suborbitaux. Ce prototype est également destiné à tester en vol un certain nombre de sous-systèmes du Starship. Il servira aussi à élargir le domaine de vol et à faire évoluer le design du Starship si nécessaire.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.
Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.