Après une rencontre entre Donald Trump et le président chinois Xi Jinping au Japon à l’occasion du G20, les tensions semblaient d’être apaisées et Huawei à nouveau autorisé à collaborer avec des entreprises américaines, selon les récentes déclarations de Donald Trump. Pourtant, la situation reste tendue, et la marque chinoise est toujours à la merci des États-Unis.

La situation de Huawei semblait s’être arrangée lorsque Donald Trump déclarait ce week-end que les entreprises américaines pourraient à nouveau vendre leurs équipements à la marque chinoise. Pourtant, il semblerait que les ennuis ne soient pas terminés pour Huawei. Si Trump avait précisé dans son allocution que l’autorisation se ferait uniquement sur « l’équipement qui ne pose pas de grand problème de sécurité nationale », davantage de détails ont depuis été livrés par Larry Kudlow, le conseiller économique du Président américain à la Maison-Blanche et invité sur Fox News. Larry Kudlow a déclaré que « Huawei restera sur la liste des « entités à risque » (…) ce n’est pas une amnistie générale… Les préoccupations en matière de sécurité nationale resteront primordiales. »

Dans les faits, cela veut dire que les sanctions américaines ne sont pas levées pour Huawei, mais que la marque pourra bénéficier d’autorisations au cas par cas de la part du département du Commerce américain. Les entreprises américaines seront donc bien autorisées à approvisionner Huawei, quand bien même ils pourraient prouver que le produit de la marque chinoise auquel leurs composants sont destinés ne présente pas de risque pour la sécurité nationale. Les détails de cette « autorisation » ne sont pas encore très clairs, mais il semblerait bien que l’affaire entre Huawei et les États-Unis ne soit pas encore terminée…

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.
Publicités