Plus de 30 ans après son installation, le sarcophage de Tchernobyl recouvrant les ruines du réacteur numéro 4, est en piteux état. Son démantèlement va débuter, sous l’arche de confinement livrée début juillet 2019 après douze ans de chantier. Cette phase du chantier doit s’achever en 2023.

Le site de Tchernobyl a beau être confiné depuis 2016 sous une toute nouvelle arche, le chantier de démantèlement de la centrale n’a pas réellement commencé. Il y a pourtant une certaine urgence. L’ancien sarcophage métallique, construit à la hâte pour recouvrir les ruines du réacteur 4 accidenté, présente des signes de faiblesse. Il avait fallu 206 jours, 400 000 mètres carré de béton et 600 000 ouvriers à l’époque pour le construire. La structure menace aujourd’hui de s’effondrer, bien que des travaux de stabilisation aient été menés en 2004 et 2008. Les pièces ne sont pas soudées entre elles et tiennent comme un château de cartes. Il faut donc agir sans tarder.

Une phase délicate

L’ « exploitant » du site a conclu fin juillet un contrat avec la société ukrainienne Ukrbudmontazh pour un montant de 70 millions d’euros. Ses experts vont d’abord inspecter le sarcophage pour planifier les opérations à venir. L’opération de démantèlement s’annonce délicate : il faudra à la fois démonter ce mécano de milliers de panneaux corrodés et les remplacer au fur et à mesure pour éviter que l’ensemble ne s’écroule. L’entreprise pourra utiliser les grues et chariots XXL intégrés à la structure de l’arche qui recouvre la zone. Chacune a une capacité de levage de 50 tonnes. Plusieurs bras robotique commandés à distance seront mis en oeuvre.

Un nouvel abri, conforme aux standards industriels du XXIe siècle, sera ainsi construit et les pièces de l’ancien sarcophage seront traitées (découpées, décontaminées, conditionnées et évacuées). L’ensemble doit être terminé d’ici 2023.

Ce n’est qu’une étape du démantèlement de la centrale, accidentée en 1986. La fin des opérations est prévue pour 2065.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.