Une comète prometteuse a été détectée : après Oumuamua, elle pourrait devenir le deuxième visiteur interstellaire connu. L’objet, baptisé C/2019 Q4 Borisov, pourrait entrer dans notre système solaire.

Un visiteur interstellaire pourrait venir nous rendre visite dans les prochains mois. Il pourrait devenir le deuxième objet identifié à venir de l’extérieur de notre système solaire, après le mystérieux Oumuamua. Ce potentiel nouveau visiteur, classé dans le groupe des comètes, a été officiellement nommé « C/2019 Q4 Borisov » par le Centre des planètes mineures (MPC) le 11 septembre 2019.

L’objet, auparavant baptisé « gb00234 », a été repéré pour la première fois par un astronome ukrainien, Gennady Borisov, le 30 août dernier. Celui-ci a soumis ses observation au MPC, qui a confirmé la nature cométaire de l’objet et noté qu’il pourrait avoir une origine interstellaire. « En l’absence d’une décoloration ou d’une désintégration inattendue, cet objet devrait être observable pendant au moins un an », écrit le Centre des planètes mineures.

La comète C/2019 Q4 Borisov aurait de grandes chances de s’approcher de nous et même d’entrer dans notre système solaire. Elle pourrait passer à proximité de la planète Mars d’ici la fin de l’année, fait remarquer Business Insider. La forme de son orbite suggère aussi que l’objet ne reviendra jamais après cette visite, indique Forbes.

Pourquoi sa queue poussiéreuse pourrait faciliter l’observation

Les premières images de l’objet semblent montrer qu’il possède une petite queue poussiéreuse, une caractéristique importante pour identifier les comètes. Ces objets contiennent un noyau où se mélangent des fragments de roche, de la glace et des poussières. Lorsqu’une comète s’approche du Soleil, ses glaces passent à l’état gazeux. Les gaz qui s’échappent emportent avec eux des fragments de roches et de poussières.

Pour les scientifiques, la découverte de C/2019 Q4 Borisov est prometteuse. Tout d’abord, sa nature de comète pourrait faciliter les observations : sa queue poussiéreuse devrait beaucoup réfléchir la lumière du Soleil. Grâce à cette poussière et cette luminosité, les scientifiques pourraient étudier la composition de C/2019 Q4 Borisov.

L’objet a été repéré bien plus tôt qu’Oumuamua

La détection de cette comète est aussi importante pour les chercheurs car elle a eu lieu bien plus tôt que celle d’Oumuamua. Quand ce dernier a été découvert le 19 octobre 2017 à l’aide du télescope Pan-STARRS 1 à Hawaï, il se trouvait à 30 millions de kilomètres de la Terre. Au moment de sa détection, Oumuamua était déjà sur le point de quitter le système solaire, ce qui n’a laissé aux scientifiques que quelques semaines pour le regarder avant qu’il ne devienne trop sombre. C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que les scientifiques continuent, deux ans après sa découverte, à débattre de l’origine d’Oumuamua — certains ont même avancé qu’il pouvait être une sonde d’origine extraterrestre.

Comme l’indiquent nos confrères de Forbes, la comète C/2019 Q4 Borisov est 6 fois plus lumineuse qu’Oumumua et elle devrait rester environ 6 mois dans notre système solaire. La visite à proximité de la Terre se présente donc sous les meilleurs auspices pour étudier attentivement ce potentiel deuxième visiteur interstellaire… À moins qu’il ne s’agisse plutôt du troisième. Des scientifiques pensent qu’un autre objet venant de l’extérieur du système solaire s’est approché de la terre plusieurs années avant Oumuamua.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.
Publicités