Comme prévu, lors d’un direct depuis la réunion annuelle de l’American Geophysical Union (AGU) à San Francisco, la NASA a révélé le nom du site retenu pour prélever des échantillons de matière à la surface de l’astéroïde Bénou (encore appelé Bennu). Rappelons que l’astéroïde Bennu est sous étroite surveillance puisqu’il risque de frapper la Terre le 25 septembre 2175.

C’est Dante Lauretta de l’Université de l’Arizona (Tucson), directeur de la mission Origins Spectral Interpretation Resource Identification Security – Regolith Explorer, en abrégé Osiris-Rex, qui a fait cesser le suspense. C’est Nightingale, situé dans un cratère de l’hémisphère nord de Bénou, qui semble offrir le plus de chance de succès. Mais le site Osprey a aussi été sélectionné comme solution de rechange en cas de problèmes de dernière minute.

Voici les quatre sites d’échantillonnage, baptisés en anglais Nightingale, Kingfisher, Osprey et Sandpiper, des noms d’oiseaux mythologiques originaires d’Égypte, qui avaient été retenus pour étude en vue du choix du meilleur d’entre eux.

Dante Lauretta précise au sujet du choix de Nightingale : « Après avoir soigneusement évalué les quatre sites candidats, nous avons pris notre décision finale en fonction du site qui contient le plus de matériel à grains fins et de la facilité avec laquelle le vaisseau spatial peut accéder à ce matériel tout en gardant le vaisseau spatial en sécurité ».

Le site est situé dans un cratère  de 70 mètres de large et sa taille est d’environ 16 mètres de diamètre. Parce que le cratère semble relativement jeune et situé très haut dans l’hémisphère nord, son régolithe devrait être peu évolué et affecté par l’érosion spatiale et les températures qui sont basses dans cette région. La matière que la sonde devrait collecter en août 2020 devrait donc être plus représentative de celle qui a présidé à la formation du Système solaire.

En savoir plus sur Bennu, l’astéroïde qui menace la Terre

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.