Notre Soleil n’est pas immuable. Son activité croît et décroît tous les 11 ans en moyenne. Et selon les observations réalisées cette année par des chercheurs américains, il semblerait que nous soyons proches d’un nouveau minimum d’activité.

Dans notre ciel d’hiver, le Soleil semble n’avoir pas changé depuis la nuit des temps. Pourtant les astronomes le savent, l’activité de notre étoile varie notamment selon une période moyenne de 11 ans. Au creux de celle-ci, les taches solaires s’estompent et notre Étoile entre dans ce que les chercheurs qualifient de minimum d’activité.

Les observations du Space Weather Prediction Center (SWPC, États-Unis) montrent aujourd’hui que ce minimum est proche. Ainsi 271 jours de l’année 2019 se sont révélés vierges de taches solaires. Parmi lesquels, les 34 derniers jours consécutivement. Un record depuis le début de l’ère spatiale après le mémorable minimum solaire de 2008-2009. Pour trouver mieux, il faut ensuite remonter à 1913 qui avait totalisé 311 jours sans taches solaires.

Activité minimum mais rayons cosmiques au maximum

Pendant les périodes de minimum solaire, les éruptions solaires et les tempêtes géomagnétiques disparaissent. Les aurores boréales se font plus rares, notamment aux moyennes latitudes. Mais les rayons cosmiques s’intensifient. Car l’affaiblissement du champ magnétique du soleil autorise la pénétration dans le Système solaire d’un nombre plus important de particules. Ainsi les rayons cosmiques sont actuellement à leur maximum dans notre atmosphère, flirtant eux aussi avec un record depuis le début de l’ère spatiale.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.

Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.