Même s’il est inabordable, le Samsung Galaxy Fold marque un tournant sur le marché. Et c’est un vrai bonheur de geek.

J’ai pu tester le Samsung Galaxy Fold de la fin novembre à la mi-janvier, avec un exemplaire prêté par la marque. C’était l’un des produits tech que j’attendais le plus en 2019, et je pense qu’il va marquer un virage sur le marché des smartphones en 2020.

Test vidéo du Samsung Galaxy Fold

Comme souvent pour mes tests, découvrez mon avis sur le Samsung Galaxy Fold en vidéo. Pour ne rater aucune vidéo de la chaîne, rien de plus simple : rejoignez la communauté en vous abonnant. Et vous quel est votre avis sur ce premier smartphone pliable de Samsung ? Donnez vos impressions dans les commentaires de ce test.

Design & hardware

Au niveau des caractéristiques techniques, le Samsung Galaxy Fold embarque les meilleures technologies disponibles à l’époque de son premier lancement (raté). Contrairement aux Note 10 et aux S10, nous avons droit en Europe à un SoC Qualcomm, le Snapdragon 855. Ce n’est plus le plus puissant du marché, le 855+ puis le 865 ayant pris la relève, mais il s’en tire très bien. Au niveau de la RAM, Samsung a mis le paquet avec 12 Go. Cette combinaison en fait un smartphone très véloce à l’utilisation au quotidien, et les jeux les plus consommateurs comme Fortnite ou PUBG tournent très bien.

Comme toujours, j’ai lancé un benchmark avec Antutu et le score est supérieur à ce que j’avais eu sur mon test du Note 10+ à savoir 363 000. Il se place donc comme l’un des smartphones les plus puissants du marché, et l’utilisation est très agréable au quotidien. Malgré une utilisation très intensive, je n’ai jamais eu de problème de chauffe avec ce Fold. Le stockage est aussi à la hauteur, avec 512 Go, Samsung ne pouvait pas faire autrement avec un modèle aussi haut de gamme.Samsung Galaxy Fold au meilleur prixPrix de base : 2 020 €.

Le design est un point très particulier sur ce Galaxy Fold. On retrouve un double écran de 4,6″ à l’avant et 7,3″ à l’intérieur. L’écran avant est un point faible du Fold car, même si la définition est là, il est tout simplement trop petit pour une utilisation intensive. Il est par contre très pratique pour répondre ou consulter les notifications. Si Samsung fait un écran un peu plus grand sur une future version, ce manque sera comblé.

J’ai été impressionné par la qualité de l’écran intérieur de 7,3″. Quand on a l’habitude du verre, la sensation plastique au toucher est légèrement différente, mais loin d’être dérangeante. Par contre, les traces de doigts et la poussière s’accumulent rapidement. La dalle AMOLED est de très bonne qualité, et la pliure n’est pas du tout visible quand on est en face du smartphone. Sur le côté, surtout avec des tons sombres, c’est tout de suite perceptible.

Qui dit nouveau form-factor dit nouvelle façon d’utiliser ce smartphone. Au quotidien, je me servais principalement de l’écran avant pour les tâches rapides. Pour toutes les tâches plus complexes ou celles pour lesquelles j’avais du temps devant moi, j’ai pris l’habitude d’ouvrir le Fold. Et au jour le jour, c’est un vrai plaisir. On a l’impression d’avoir un vrai outil de productivité et un centre multimédia entre les mains. Prendre l’avion en ne transportant qu’un seul appareil, avec un seul câble de chargement, a été un vrai bonheur.

Si je devais trouver un défaut à l’écran intérieur, c’est la présence de l’encoche qui n’est, pour moi, pas très utile. Elle contient les différents objectifs photo, et les capteurs de luminosité. Même si elle se fait oublier à l’usage, je trouve sa présence dommage, comme il y a déjà un capteur selfie à l’avant du Galaxy Fold. Je trouve que le format est très intéressant, et l’idée de mettre l’écran à l’intérieur bien plus sécurisé. Le Fold fermé est très massif, avec un design assez allongé, épais et lourd (plus de 250 grammes). Il est cependant moins large que mon P30 Pro par exemple, et je le trouve moins encombrant dans la poche.

Pour le protéger, Samsung le livre avec une housse de protection en deux parties, du plus bel effet. Si vous avez peur de casser le Fold, la marque propose un remplacement gratuit pendant la première année. Je l’ai fait tomber deux fois, aucun souci à noter.

Pour le reste, pas de ports jack, et une double SIM eSIM/NanoSIM. Je vous présente dans la vidéo mon utilisation de l’eSIM en voyage, c’était la première fois, et ça s’est avéré très pratique.

Pour la sécurité du Galaxy Fold, Samsung a intégré un capteur d’empreinte sur le côté, comme sur le S10e. Il marche bien, mais est moins intuitif vu le format sur smartphone pliable. La reconnaissance faciale est aussi de la partie et est assez réactive.

OneUI toujours au top

À chaque changement de smartphone pour vous proposer un test, c’est la même rengaine. Je fais un import de mes données, et j’ai utilisé l’application Samsung Smart Switch, ce qui est très pratique. Une fois configuré, retour sur OneUI sur ce Galaxy Fold, qui m’avait tant plu sur les Note10 et S10. Pour tout savoir sur OneUI, je vous conseille de lire les deux tests du S10e et du S10+, car il n’y a pas de différences majeure sur ce point.

On voit que Samsung avait plusieurs coups d’avance, car il avait déjà implémenté dans OneUI la navigation à une main qui est indispensable sur le Fold. Le passage entre les deux écrans se fait très bien, et vous pouvez choisir les applications qui basculeront sur l’écran avant à la fermeture du smartphone. Certaines applications ne sont pas encore totalement compatibles avec le Galaxy Fold, c’est le cas d’Instagram et Snapchat, dont les stories ne sont jamais adaptées. Idem pour WhatsApp dont les appels vidéo ne sont pas bien cadrés, quel que soit l’écran utilisé.

Pour le reste, l’intégration logicielle par Samsung est très bien pensée, et chercher une vidéo YouTube sur le petit écran puis basculer sur le grand est un vrai plaisir.

Photo : on prend les mêmes…

Pour une fois, je vais passer très rapidement sur les capteurs photo, qui sont les mêmes que sur le S10+ à l’arrière. Le double capteur selfie à l’intérieur n’est pas le meilleur du marché, mais s’en sort bien, tout comme celui présent sur la face avant.

Une chose agréable avec ce Fold c’est de prendre des photos avec l’écran ouvert. On voit bien les détails, et une manip permet (en effectuant un appui long) de déplacer le bouton de déclenchement pour se rapprocher du pouce. Le Fold fait de très bonnes photos et profite de la combinaison ultra grand-angle, grand-angle et zoom, même si on peut regretter que ce dernier ne soit pas un X5. Quelques exemples de clichés pris avec le Fold, les exemples sont passés par Google Photos, avec une compression, les versions originales avaient bien moins de grain :

Je tire donc la même conclusion que sur notre test du Samsung Galaxy S10+ pour ce Fold au niveau photo.

Autonomie du Galaxy Fold

Avec un tel écran, je m’attendais à une autonomie légère sur le Fold, comme j’avais été assez déçu du S10e et du S10+ à ce niveau. Ce n’est pas le cas. Avec mon utilisation intensive, j’ai toujours tenu la journée complète et la recharge rapide fait bien le travail quand la consommation est extrême, comme lors de notre couverture du CES.

Sa batterie est quasiment la même que le Note 10+ avec 4380 mAh et la recharge rapide utilise évidemment l’USB-C. Le Samsung Galaxy Fold est aussi compatible avec la charge sans-fil et la charge inversée.

Mon avis sur le Samsung Galaxy Fold

Il est impossible de tester d’une manière classique ce Samsung Galaxy Fold. J’étais très réticent sur ce modèle en le comparant au Mate X de Huawei, et il m’a clairement impressionné. Bien évidemment, avec un tel tarif impossible de vous conseiller de l’acheter, mais si vous avez les moyens et que vous aimez la tech, foncez.

Il a quelques imperfections et défauts de jeunesse, mais c’est le smartphone que j’ai le plus aimé depuis plusieurs années. Je pense que le smartphone pliable à un avenir, et que Samsung s’est placé comme un vrai précurseur avec ce Fold, malgré le gros couac du lancement raté l’été dernier. Un vrai coup de coeur de geek, qui me rend très impatient sur les annonces de 2020, en commençant par le MWC qui a lieu fin février à Barcelone. Presse-citron sera bien évidemment sur place pour couvrir l’événement.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.