Les criquets pèlerins qui ont déjà fait des ravages dans neuf pays d’Afrique de l’Est sont traqués par l’armée ougandaise. Dès l’aube, les soldats pulvérisent des pesticides sur les plantes et arbres où l’insecte ennemi se nourrit mais nombreux s’échappent faisant craindre une crise humanitaire majeure pour des millions de personnes déjà sous-alimentées.

Une fois l’air réchauffé par le soleil matinal, une nuée de criquets virevoltants s’élève du sommet des arbres de karité, des champs de pois et des hautes herbes de la savane du nord de l’Ouganda, pour aller causer de nouveaux ravages. Las à force de s’être échinés à asperger de pesticides ces insectes, les soldats s’arrêtent pour admirer l’étonnant spectacle de ce nuage opaque qui donne l’impression de danser dans le ciel avant de bientôt fuir vers le nord, hors de vue. L’armée ougandaise et les responsables gouvernementaux devront aller chasser ailleurs cet ennemi déroutant, qui s’est abattu ces derniers mois sur neuf pays d’Afrique de l’Est.

Une sécurité alimentaire menacée

Ces criquets pèlerins sont arrivés lundi au Soudan du Sud. La crainte d’une crise humanitaire majeure est forte dans une région où 12 millions de personnes sont déjà sous-alimentées, selon l’Agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO). « Un essaim de 40 à 80 millions (de criquets) peut consommer l’équivalent en nourriture » de 35.000 personnes par jour, explique à l’AFP Priya Gujadhur, une haute responsable de la FAO en Ouganda.

À Atira, un village isolé, environ 160 soldats protégés par une tenue plastique avec capuche, masque et lunettes pulvérisent depuis l’aube des arbres et plantes. Mais ils n’ont réussi à atteindre que la végétation la plus basse et l’énorme grappe de criquets qui vient de s’envoler contient ceux qui leur ont résisté. Assis à l’ombre d’un margousier, le général Sam Kavuma discute avec des civils, pendant que des criquets tombent morts autour d’eux. Une odeur âcre de produits chimiques flotte dans l’air.

Zakaria Sagal, un paysan de 73 ans, désherbait ses champs à Lopei, un village situé à quelque 120 km de là, pour les préparer à la plantation de maïs et sorgho, quand, sans aucun signe annonciateur, un essaim de criquets a fondu sur lui. « De ce côté, de celui-ci et de celui-là, ils m’ont entouré », raconte-il, en pointant ses bras dans toutes les directions.  « Nous n’avons toujours rien planté et s’ils reviennent au moment de la récolte, ils détruiront tout. Nous ne sommes absolument pas préparés à ça ».

Le Centre de prévisions et d’applications climatiques de l’organisation régionale Igad (ICPAC) a prévenu mardi que les œufs déposés par les criquets tout au long de leur migration écloront dans les deux prochains mois, à l’arrivée de la saison des pluies sur la région. Cela coïncidera avec la période des récoltes et pourrait causer « des pertes significatives (…) et potentiellement aggraver la situation alimentaire », a indiqué l’ICPAC dans un communiqué. Depuis 2018, une longue période de temps sec a été suivie par des pluies abondantes, ce qui a créé des « conditions particulièrement idéales » pour la reproduction des criquets, observe Mme Gujadhur.

Une invasion considérée comme un fléau

Les gouvernements en Afrique de l’Est ont été pris au dépourvu et sont actuellement « en mode panique », estime-t-elle. Les criquets ont déjà frappé l’Éthiopie, la Somalie, l’Érythrée, la Tanzanie, l’Ouganda, Djibouti, le Kenya, le Soudan et le Soudan du Sud.

Leurs essaims peuvent atteindre des tailles invraisemblables. Au Kenya, l’un d’entre eux a été estimé à 2.400 km², soit presque l’équivalent d’une ville comme Moscou. Ce qui signifie qu’il pouvait contenir jusqu’à 200 milliards de criquets. « Un essaim de cette taille peut consommer la nourriture de 85 millions de personnes par jour », constate Mme Gujadhur. Les autorités ougandaises savent qu’une nouvelle vague migratoire de criquets pourrait poser de nouveaux problèmes dans les semaines à venir, mais elles s’attachent pour l’instant à gérer la situation actuelle.

Mme Gujadhur se félicite de la réponse « très forte et rapide » apportée par le gouvernement ougandais, mais s’inquiète du fait que l’armée ne soit pas forcément la mieux placée pour gérer ce genre d’opération. « Ce doit être des scientifiques et des (experts en agriculture) qui prennent les choses en main », ajoute-t-elle. Les soldats travaillent sans discontinuer depuis deux jours, quadrillant les rares routes accessibles, pour tenter de garder le contact avec des essaims aux déplacements imprévisibles.

Les oeufs de criquets, un vrai sujet d’inquiétude

Elizabeth Namoe, 40 ans, une commerçante du village voisin de Moroto, était venue rendre visite à sa famille à Lopei quand les criquets sont arrivés. « Quand les criquets s’installent, ils mangent tout ce qui est vert. Les animaux mourront parce qu’ils n’ont rien pour se nourrir, puis ce sera le tour des gens, prédit-elle. Les enfants seront frappés par la faim et la famine (…). J’ai tellement peur. »

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.