En plus de l’App Gallery et de Huawei Mobile Services, le constructeur chinois voudrait également proposer son propre moteur de recherche, qui servira d’alternative à Google Search sur ses smartphones.

Face aux sanctions américaines, Huawei est extrêmement déterminé à se maintenir sur le marché des smartphones, en développant ses propres alternatives aux services et aux produits américains.

Pour rappel, depuis que ces sanctions de Washington sont tombées, Huawei n’a plus le droit d’utiliser les licences proposées par Google pour les fabricants de smartphones Android. Ainsi, le constructeur chinois ne peut plus préinstaller les applications Google comme Google Play ou Google Maps sur ses smartphones, et n’a plus accès à Google Mobile Services.

D’ailleurs, Google ne conseille pas aux utilisateurs des nouveaux smartphones Huawei de forcer l’installation de ces applications et services sur leurs appareils (en recourant au sideloading), à cause des dysfonctionnements que cela peut occasionner ainsi que les risques de sécurité.

Huawei résiste : un moteur de recherche serait en cours de développement

Face à cette situation, Huawei développe des alternatives. Pour les applications, Huawei essaie de muscler l’App Gallery, une boutique similaire au Play Store pour ses appareils. Huawei propose également Huawei Mobile Service pour remplacer Google Mobile Services. Et nous savons aussi que le constructeur chinois a signé un contrat avec l’Européen TomTom, probablement pour utiliser son service de navigation à la place de Google Maps.

Aujourd’hui, nous apprenons aussi que Huawei serait en train de tester son propre moteur de recherche, afin de remplacer celui de Google.

Si pour le moment, Huawei n’a pas encore officialisé son « Huawei Search », l’existence de ce test est révélée par le site XDA, qui relaie un utilisateur de Reddit.

On ne sait pas qui fournit les résultats de ce moteur, mais visiblement, celui-ci est proposé par Aspiegel, une filiale irlandaise de Huawei qui gère ses services à l’international.

Actuellement, Huawei recruterait des volontaires aux Émirats Arabes Unis pour tester cette nouvelle application.

Sinon, d’autres sources indiquent que Google chercherait un moyen de retravailler avec Huawei, malgré les sanctions américaines. Comme nous l’évoquions il y a quelques jours, un média allemand a récemment indiqué que Google aurait demandé une sorte de dérogation à Washington.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.