Cela ressemble presque au scénario d’un film apocalyptique. En juillet 2021, si la pandémie de Covid-19 ne cause aucun report, la NASA lancera dans l’espace un engin qu’elle espère capable de dévier la trajectoire d’un astéroïde.

Pas de quoi paniquer pour l’instant: cette première mission n’est qu’un test, dans le but de se préparer à une éventuelle menace de crash d’un corps extraterrestre sur notre bonne vieille Terre.

Le projet permettra aux scientifiques de l’agence américaine d’essayer leur processus, le DART (Double Asteroid Redirection Test), sur un «petit» astéroïde –800 mètres de large, tout de même.

Pour cela, et c’est l’un des intérêts majeurs de l’événement, la NASA emploiera son propulseur ionique nouvelle génération, sobrement baptisé Evolutionary Xenon Thruster–Commercial (NEXT-C).

En utilisant l’énergie solaire et la propulsion ionique, que la NASA décrit comme trois fois plus puissante que le précédent NSTAR, le NEXT-C guidera la mission DART vers l’astéroïde visé.

Impact à 6,6 kilomètres par seconde