Un astéroïde géocroiseur vient d’échapper à la vigilance de la NASA et des autres agences spatiales. 2020JJ est passé à seulement 7000 km de la Terre sans pour autant représenter un risque pour l’homme, mais peut-être pour nos satellites artificiels.

Malgré un calme apparent, les astéroïdes et les comètes qui croisent notre route sont encore très nombreux. Les plus gros et les plus dangereux font l’objet d’une surveillance étroite des agences spatiales internationales. La NASA tient à jour une liste impressionnante d’astéroïdes géocroiseurs qui s’enrichit rapidement depuis les années 2000, notamment grâce à Spaceguard, le premier programme de détection des objets géocroiseurs de plus d’un kilomètre. Avec la multiplication des programmes de surveillance, les agences spatiales parviennent désormais à repérer des astéroïdes de taille beaucoup plus réduite. Pourtant l’un d’entre eux est parvenu à passer à travers les mailles du filet.

Baptisé 2020JJ, le petit astéroïde a été détecté il y a seulement quelques jours alors qu’il était au plus près de la Terre. Le 4 mai dernier, l’observatoire du mont Lemmon dans l’Arizona a en effet repéré un objet d’un diamètre estimé entre 3 et 6 m, et à une distance de seulement 7000 km de la Terre. L’astéroïde ne représente bien sûr aucun risque pour l’homme. S’il avait croisé la Terre, il se serait consumé dans notre atmosphère. En revanche, il aurait pu heurter un satellite artificiel pour causer beaucoup plus de dégâts.

Un astéroïde de petite taille pourrait semer le chaos autour de la Terre

Les objets de tailles réduites qui percutent la Terre sont courants et inoffensifs au premier abord. Ils sont en effet susceptibles d’entrer en collision avec un satellite artificiel pour le réduire en milliers de petits morceaux. Des débris qui constituent autant de projectiles qui peuvent à leur tour endommager ou détruire d’autres satellites pour créer une réaction en chaîne. Un scénario qui n’est pas aussi invraisemblable qu’il n’y paraît, et contre lequel rien n’est prévu. Actuellement, seule la menace des objets plus gros est prise en compte. Pour s’en protéger, l’ESA a récemment lancé Hera, son programme de défense contre les astéroïdes qui menacerait la Terre.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.