C’est une carte du firmament à couper le souffle qui a été photographiée par un télescope à rayons X, révélant notre Univers sous un jour remarquablement différent de celui que nous connaissons grâce aux télescopes traditionnels.

En observant l’univers aux rayons X, on peut voir ce qu’on appelle « l’univers chaud et énergétique », c’est-à-dire des objets célestes qui émettent une chaleur incroyable, se déplacent à grande vitesse ou sont extrêmement denses.

Parmi ceux-là, on trouve des phénomènes rares tels que la fusion d’étoiles à neutrons, des étoiles avalées par des trous noirs et, moins rares mais non moins impressionnants, des nuages de gaz extrêmement chauds, où naissent de nouveaux astres.

Cette représentation du ciel entier rassemble un million de sources de rayons X et « change complètement la façon dont nous appréhendons l’univers énergétique », explique Peter Predehl, le chercheur principal du télescope eROSITA à l’Institut Max Planck de physique extraterrestre (MPE).

La richesse des données recueillies représente un énorme bond en avant par rapport aux précédents balayages du ciel aux rayons X, l’eROSITA recueillant en effet environ 10 fois plus d’informations que le précédent balayage du ciel il y a 30 ans. Ce nombre équivaut à peu près à la somme totale des sources découvertes par tous les télescopes à rayons X par le passé.

Que révèle réellement cette image ?

Andrea Merloni, chercheur au MPE, explique que l’astronomie par rayons X donne une vue de « l’univers chaud et énergétique » qui est largement invisible aux télescopes optiques.

« C’est le même univers que tout le monde peut observer, mais nos instruments sont sensibles aux objets de l’univers qui sont très chauds, ou très énergétiques, tels que les grandes explosions, les ondes de choc, les mouvements très rapides, ou la gravité extrême comme les trous noirs », précise-t-il à Euronews.

Dans les faits, seuls certains types d’objets célestes émettent beaucoup de rayons X. Si notre Soleil, par exemple, émet bien des rayons X, ceux-ci sont en quantité infime par rapport à d’autres phénomènes tels que des étoiles avalées par des trous noirs ou des gaz extrêmement chauds.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.