Un objet faible repéré près du Soleil le 5 août s’est avéré être un cortège inhabituel de trois corps qui appartiendraient à une comète inconnue.

Les astronomes ont l’habitude de découvrir des comètes dans l’environnement du Soleil via le satellite Soho qui ne le quitte pas des yeux depuis 25 ans. Il n’y a pas longtemps, le 21 juin, les chercheurs fêtaient la 4.000e comète furetant près de notre étoile.

Le 4.049e objet découvert se montre très surprenant et inhabituel. On peut voir deux gros morceaux accompagné d’un troisième, beaucoup plus petit, sur les images du coronographe Lasco C2 prises le 7 août. Certains y ont bien sûr vu un vaisseau spatial d’origine extraterrestre se frayant un chemin près de notre Soleil mais pour les spécialistes, coutumier des comètes rasant le Soleil, ce ne sont pas du tout des aliens. Mais bien une comète, de par son apparence.

L’astre a été vu pour la première fois deux jours plus tôt, le 5 août, par l’astronome amateur Worachate Boonplod. Ce n’était encore qu’une petite tache pâle, raconte Karl Battams, du Naval Research Lab à Washington DC, qui supervise le programme de science citoyenne sur les comètes rasantes du Soleil (sungrazer comet). Visiblement, son passage dans cette région chaude l’a disloqué. C’est quand il est entré dans le champ de Lasco C2 dont « la résolution améliorée a confirmé que c’était plus qu’une comète et qu’il s’agissait en fait de TROIS comètes ! » explique le chercheur dans son article pour la Picture of the week, « l’image de la semaine » du site Soho.

Son premier et dernier passage près du Soleil

Karl Battams souligne que contrairement à l’immense majorité des comètes découvertes par Soho, celle-ci n’est pas un membre de la famille Kreutz, lesquelles sont au nombre de 3.000 sur les 4.000 débusquées en 25 ans. Cette illustre famille, rappelons-le, serait les restes dispersés d’une seule et même comète géante qui se serait brisée il y a plus de 1.000 ans. Pour ce grand spécialiste, « […] c’est extrêmement rare que nous voyions une comète qui ne fasse pas partie de ce groupe ».

Pour lui, la triple comète fait sans doute son premier passage près du Soleil et le dernier. Il note qu’en s’éloignant de notre étoile, sa luminosité a rapidement diminué, suggérant qu’elle n’est déjà plus qu’un fantôme d’elle-même. On ne verra rien depuis la Terre. Ce qui est, somme toute, un sort assez fréquent pour ces astres glacés venus des confins du Sytème solaire. En effet, combien de comètes prometteuses, telle Ison il y a sept ans, ou tout récemment Atlas et Swan, n’ont pas survécu au « feu » du Soleil. Cette belle inconnue — qui recevra bientôt un nom — nous le montre une fois de plus. Ce ne sera pas la comète de l’année. Neowise est toujours la tenante du titre.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.