Dans moins de 100 jours, le rover Persévérance envoyé par la NASA atterrira sur Mars. Sa mission sera de trouver des traces d’ancienne vie sur la Planète Rouge et de collecter de la poussière martienne à des fins météorologiques avant son retour sur Terre.

L’engin spatial Persévérance a été envoyé le 30 juillet dernier et devrait atterrir le 18 février 2021. Le rover sera déposé de la même manière que son prédécesseur Curiosité, au large du cratère de Jezero, large de 45 km. Plusieurs missions : trouver des signes de vie ancienne, si tant est qu’il y en ait eu, et récolter des échantillons de poussières avant son retour sur Terre.

Mission Mars 2020 :

Grâce à Curiosité, on sait déjà qu’il y a 3,5 milliards d’années, la Planète Rouge était un monde plus chaud et humide, condition propice à l’émergence de forme de vie telle que nous la connaissons. Mars était donc habitable durant une longue période. Trouver des traces de vie éteinte est la première mission de Persévérance. D’autant que le cratère Jezero était autrefois un lac d’eau liquide alimenté par un fleuve.

Autre mission importante : récolter des échantillons de sol martien qui seront stockés dans des conteneurs. La dernière mission sera de les ramener sur Terre. « Comprendre la poussière martienne est très important pour cette mission » a déclaré Jose Antonio Rodriguez-Manfredi, chercheur principal de Mars Environmental Dynamics Analyzer (MEDA).

MEDA est l’instrument derrière les données météorologiques dont l’objectif est de rassembler les bases : température, vitesse et direction du vent, pression et humidité. Ces données sont très importantes pour les prochaines missions d’astronautes sur Mars : survivre dans un monde sans oxygène, sous des tempêtes de poussières et un rayonnement solaire très important.

Le temps sur Mars : nuageux, glacial et poussiéreux

Les températures moyennes sur le site d’atterrissage de Persévérance vont de -88°C la nuit à -23°C l’après-midi. Des températures glaciales… et des tempêtes de poussières à l’échelle de la planète ! Nuisible à la mission comme l’avait été la poussière lunaire lors d’Apollo, affectant les systèmes de refroidissement des combinaisons spatiales.

Nous ne savons pas comment les vents martiens et les changements de température peuvent provoquer ces tempêtes de poussière mondiales, mais ce sera une information importante pour les missions futures. Jose Antonio Rodriguez-Manfredi

MEDA permet aussi de mesurer la quantité, la forme et la taille des particules de poussière de l’atmosphère martienne. Informations qui serviront à planifier les opérations de l’hélicoptère Ingenuity qui devra voler dans l’atmosphère fin Mars. Si ces tests sont probants, ce sera la solution pour récolter les données des zones difficiles d’accès pour les engins à roues.

MEDA est aussi équipé de SkyCam pour photographier et filmer le ciel et les nuages et surveiller la luminosité afin de mieux comprendre l’environnement de rayonnement sur Mars. Car pour les astronautes, la condition la plus extrême est celle des radiations. Mais toutes ces données ont un prix, la mission Mars 2020 coûte près de 2,7 milliards de dollars mais assure un véritable progrès pour la Science.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire. Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.