La récente défaillance de non pas un, mais deux câbles de support du radiotélescope d’Arecibo (Porto-Rico), a irrémédiablement déstabilisé la structure. Toute opération de réparation exposerait les travailleurs à un danger de mort, concluent des experts indépendants. Les responsables du mythique instrument astronomique ont donc pris la difficile décision de le démonter.

Depuis près de 60 ans, le radiotélescope d’Arecibo (Porto-Rico) était pour les astronomes une source précieuse de données. En 1974, il a même tenté, pour nous, d’entrer en contact avec une civilisation extraterrestre. Mais la National Science Fondation (NSF) qui l’opère vient d’annoncer qu’il va prochainement être mis hors service. Pour des raisons de sécurité.

En août dernier, un câble de support brisé avait gravement endommagé le mythique radiotélescope. Début novembre, les équipes étaient prêtes à mettre en œuvre des opérations de stabilisation structurelle d’urgence lorsqu’un autre câble principal de la même tour s’est rompu, laissant penser aux ingénieurs que les câbles restants sont plus fragilisés qu’ils le pensaient.

Arecibo démonté pour protéger les travailleurs

« À ce moment-là, nous ne nous demandions pas encore si le radiotélescope d’Arecibo devait être réparé, mais comment », commente Ralph Gaume, directeur scientifique à la NSF, dans un communiqué. Depuis, des rapports d’expertise indépendante sont eux aussi tombés. Engager des opérations de réparation pourrait mettre en danger la vie des travailleurs. « Et c’est une ligne que nous ne pouvons pas franchir. »

Le radiotélescope de 305 mètres va donc être démonté. Le reste de l’infrastructure – l’installation Lidar, par exemple – sera préservé et pourra servir à de futures missions de recherche. L’opération se prépare déjà et des drones sont chargés d’éclairer le déclassement pour éviter tout risque. Mais le démantèlement du radiotélescope ne devrait pas réellement commencer avant plusieurs semaines.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.