Avec sa mission de retour d’échantillons lunaires Chang’e 5, la CNSA (l’Agence spatiale chinoise) enchaîne les performances technologiques. Après avoir décollé d’un objet extraterrestre pour la première fois, la Chine a amarré avec succès deux engins entre eux en orbite lunaire : le module de remontée et l’orbiteur Chang’e 5. Les échantillons lunaires ont ensuite été transférés à bord de la capsule de retour.

La mission de retour d’échantillons lunaires express de Chang’e 5 a réussi son amarrage en orbite lunaire. Samedi soir, le module de remontée et l’orbiteur se sont amarrés sans coup férir. Trente minutes plus tard, les échantillons lunaires étaient transférés dans la capsule de retour ! Les responsables de la mission s’attendent à ce que plus ou moins deux kilogrammes de matières lunaires aient été récupérés à la surface de la Lune et jusqu’à deux mètres de profondeur.

Cette manœuvre, une première pour la Chine autour de la Lune, était similaire aux rendez-vous orbitaux qu’effectuaient les missions Apollo de la NASA lors de leur retour de la Lune. À l’époque, les modules lunaires s’amarraient aux modules de commande Apollo avant de retourner sur Terre.

Le décollage de la Lune du module de remontée, puis l’amarrage et le transfert des échantillons en orbite autour de la Lune, étaient deux des phases les plus difficiles de la mission et ces deux réussites ont donc permis de valider les choix technologiques et de développement pour les mener à bien.

Le départ de l’orbite lunaire prévu le 13 décembre

Avant de quitter l’orbite lunaire, Chang’e 5 devra attendre plusieurs jours, le temps que la Terre et la Lune soient correctement alignées pour amener la sonde à destination.

Le voyage de retour sur Terre est prévu le 13 décembre et doit durer environ 112 heures. S’il se déroule comme prévu, la capsule qui contient les échantillons sera larguée et accomplira une trajectoire de rentrée avec rebond contre l’atmosphère pour ralentir sa vitesse avant de plonger dans celle-ci et atterrir sous parachutes. Cette technique de retour d’orbite a été testée avec succès avec Chang’e 5 T1 en octobre 2014. La capsule devrait se poser sur le site de Siziwang Banner, en Mongolie-Intérieure — le même site où atterrissent les taïkonautes à bord des capsules Shenzhou.

Si le retour sur Terre se déroule sans encombre, la Chine deviendra le troisième pays à en rapporter des échantillons, après les États-Unis et la Russie.

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.