L’astéroïde Apophis, dont la taille est équivalente à environ quatre terrains de football, a croisé la Terre. Lorsqu’il reviendra en 2029, son orbite pourrait le placer sur une trajectoire de collision avec certains satellites. Ce rocher spatial est nommé 99942 Apophis, du nom du dieu égyptien du chaos. Il est plus large que la tour Eiffel n’est haute : environ 340 mètres. L’astéroïde s’est approché à moins de 17 millions de kilomètres de la surface de la Terre ce samedi 6 mars 2021. C’est environ 44 fois la distance entre la Terre et la Lune.

Le prochain survol proche d’Apophis, le 13 avril 2029, amènera l’astéroïde à moins de 30 000 kilomètres de la Terre — c’est-à-dire entre notre planète et la Lune. Selon la NASA, ce sera l’astéroïde de la taille d’Apophis le plus proche de la surface de la Terre que les scientifiques aient connu à l’avance. Cette future approche sera même suffisamment proche pour que l’astéroïde puisse entrer en collision avec des satellites de communication de haute altitude en orbite autour de la Terre.

La découverte de l’astéroïde a fait des vagues en 2004, puisque les astronomes ont calculé à l’époque qu’il y avait une petite chance qu’il frappe la planète en 2029. Les scientifiques de la NASA ont depuis révisé cette estimation. « Nous savons depuis un certain temps qu’un impact avec la Terre n’est pas possible pendant l’approche rapprochée de 2029 », a déclaré en octobre Dave Tholen, un chercheur de l’Institut d’astronomie de l’Université d’Hawaï qui a aidé à la découverte d’Apophis.

Chaque fois qu’un astéroïde s’approche de la Terre, c’est l’occasion pour les astronomes d’étudier la roche spatiale et de connaître sa forme et sa rotation. Lorsque les scientifiques ont repéré Apophis pour la première fois en juin 2004, ils n’ont eu que deux jours pour l’inspecter avant que des problèmes techniques et météorologiques ne se présentent. Il n’existe aucune image de la surface de la roche. Ce passage rapproché, ainsi que celui de 2029, aideront donc les scientifiques à étudier la composition d’Apophis.

« L’approche rapprochée d’Apophis en 2029 sera une incroyable opportunité pour la science », a déclaré en 2019 Marina Brozović, une scientifique spécialiste des radars au Jet Propulsion Laboratory de la NASA. « Nous allons observer l’astéroïde avec des télescopes optiques et radar. Avec les observations radar, nous pourrions être en mesure de voir les détails de la surface qui ne font que quelques mètres. »

Apophis a une chance sur 380 000 de frapper la Terre en 2068

Pendant ce survol de 2029, Apophis sera visible à l’œil nu, apparaissant comme un point de lumière se déplaçant rapidement qui commence dans le ciel nocturne au-dessus de l’hémisphère sud et se déplace à travers le globe d’est en ouest.

L’animation de la NASA ci-dessous montre la trajectoire d’Apophis le 13 avril 2029.

Apophis est originaire de la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter. À l’heure actuelle, la NASA sait qu’elle est composée de roches silicatées, de nickel et de fer. Les images radar suggèrent qu’il ressemble à une cacahuète. D’autre rencontres avec la Terre auront lieu après 2029, de nouveaux passages étant prévus en 2036 et 2068. Il n’y a aucune chance d’impact en 2036, mais les calculs de la NASA suggèrent une chance sur 380 000 qu’Apophis puisse toucher la Terre en 2068.

Jusqu’à l’année dernière, les astronomes pensaient qu’il était impossible qu’Apophis frappe la Terre en 2068, mais cela a changé après que l’équipe de Dave Tholen a présenté de nouvelles recherches lors de la réunion annuelle de la Société américaine d’astronomie. Le groupe a montré que l’astéroïde changeait de vitesse et de direction au fil du temps.

Ces changements proviennent d’un processus connu sous le nom d’accélération de Yarkovsky : lorsque les astéroïdes absorbent l’énergie du soleil, ils la diffusent sous forme de chaleur, ce qui modifie légèrement leur trajectoire orbitale.

Les recherches récentes ont montré que c’est ce qui arrive à Apophis. L’orbite de l’astéroïde se déplace d’environ 170 mètres par an, a déclaré Dave Tholen — ce qui est « suffisant pour maintenir le scénario d’impact de 2068 ».

Sources

Réagissez à cet article en nous laissant un commentaire.
Profitez-en pour vous abonner  et suivre d’autres reportages tout aussi passionnants.